Covid-19 : Le «pass sanitaire» va devenir un «pass vaccinal» annonce Jean Castex

Jean Castex, le 17 décembre 2021. (capture écran)

Le Premier ministre Jean Castex s’est exprimé dans une conférence de presse ce vendredi soir, à la suite d’un nouveau Conseil de défense sanitaire qui s’est tenu dans l’après-midi. Voici ses principales annonces.

« La cinquième vague Delta est là et bien là », a débuté le Premier ministre Jean Castex. « En France comme dans l’ensemble de l’Europe, elle continue de fortement nous toucher avec plus de 50 000 cas par jour, même si elle semble se rapprocher de son point culminant ».

Le chef du gouvernement a ensuite évoqué la progression rapide du nouveau variant Omicron. « Il se diffuse à une vitesse fulgurante en Europe, avec un nombre de cas qui doublent tous les 2 à 3 jours. Si nous recensons déjà en France plusieurs centaines de cas, nous pensons que ce variant va se diffuser très rapidement, au point de devenir dominant dès le début de l’année 2022 », a-t-il prévenu.

Vers un pass vaccinal pour remplacer le pass sanitaire

Jean Castex a également annoncé qu’un projet de loi serait présenté début janvier, dans le but de transformer le « pass sanitaire », en « pass vaccinal ». « Seule la vaccination sera prise en compte dans le pass vaccinal », a expliqué le Premier ministre. « Nous assumons de faire peser la contrainte sur les non vaccinés ». Le gouvernement souhaite par conséquent qu’un test négatif ne suffise plus pour aller au restaurant ou au cinéma, et que seul le vaccin ou une preuve de contamination – et donc de rétablissement -, soient pris en compte dans ce nouveau « pass vaccinal ». Un débat aura lieu au parlement à la rentrée. La mesure a déjà été adoptée en Allemagne et en Autriche.

« Dès le 3 janvier, le rappel sera possible dès que l’on aura passé le délai de 4 mois par rapport à la deuxième injection », a aussi annoncé Jean Castex, ajoutant que 17 millions de Français avaient déjà reçu leur troisième dose de vaccin, et qu’ils seraient 25 millions à la fin décembre.

« Moins on est nombreux, moins on prend de risques »

Le Premier ministre a évoqué les fêtes de fins d’années, appelant à « la responsabilité de tous. Plutôt qu’un nombre précis six, huit ou dix, appuyons-nous sur le bon sens. Moins on est nombreux, moins on prend de risques. Que ce soit à la maison, dans un restaurant, une salle des fêtes ou un bar, évitons les grandes fêtes et les grands rassemblements ».

« Par ailleurs, et c’est un élément fondamental pour limiter les risques, j’invite chacune et chacun, vaccinés ou pas, à se tester dans les heures précédant ces moments de fête. Il peut s’agir de tests PCR, d’un test antigénique, mais aussi tout simplement d’un autotest », a énuméré Jean Castex.

Les regroupements sauvages interdits le 31 décembre

La réveillon du 31 décembre se déroulera avec une interdiction des regroupements sauvages. « Les préfets interdiront les regroupements sauvages, la consommation d’alcool sur la voie publique et inviteront les municipalités à renoncer à l’organisation de rassemblements sur la voie publique, notamment les feux d’artifice ou les concerts. Particulièrement quand ils se traduisent par de fortes concentrations et ne permettent ni distanciation ni respect des gestes barrières », a annoncé le chef du gouvernement.