Covid-19 : Les restaurants et bars fermés jusqu’à mi-février «a minima» annonce Jean Castex


Jean Castex, le 7 janvier 2021. (capture écran)

Dans une conférence de presse ce jeudi soir, le Premier ministre Jean Castex a fait le point sur la situation épidémiologique en France. « Musées, cinémas, salles de spectacle, équipements sportifs et de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement », a-t-il notamment annoncé.


L’année 2021 sera « l’année de l’espérance » a commencé Jean Castex. « Même si le virus circule légèrement moins en France que chez nos voisins. Le niveau des contaminations reste élevé, a tendance à progresser depuis la mi-décembre », a-t-il déclaré, alors que près de 15 000 cas par jour sont détectés dans le pays.

« La situation n’est pas revenue à la normale. Elle est même devenue plus fragile ces dernières semaines », a poursuivi le chef du gouvernement. « Nous observons ainsi une pression sur notre système hospitalier qui reste très forte : chaque jour, nous enregistrons près de 2500 nouvelles hospitalisations et plus de 200 admissions en réanimation, soit une personne toutes les 7 minutes. Un lit de réanimation sur deux est occupé par un malade du Covid. »

Le Premier ministre a aussi évoqué la situation du Royaume-Uni, où un variant du Covid-19 a été détecté, conduisant Boris Johnson a annoncé un nouveau confinement : « La flambée de cas que connaît le Royaume-Uni pourrait être due à l’apparition d’une souche variante du virus. Si ces nouvelles souches virales semblent être encore peu répandues dans notre pays, elles pourraient être davantage contagieuses ». « Nous avons décidé, le 20 décembre dernier, de fermer les frontières avec le Royaume-Uni et cette mesure sera prolongée jusqu’à nouvel ordre », a-t-il annoncé.

« Aucun assouplissement » pour les établissement fermés

Les restaurants et les bars resteront fermés « a minima jusqu’à mi-février » a annoncé Jean Castex. « Toutes les activités, établissements et équipements fermés le resteront encore jusqu’à la fin du mois. Musées, cinémas, salles de spectacle, équipements sportifs et de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement », a-t-il ajouté. « Les remontées mécaniques ne pourront pas rouvrir tout de suite », a aussi prévenu le Premier ministre. « Nous ferons donc un point le 20 janvier, à deux semaines du début des vacances scolaires. »


« Jusqu’au 20 janvier, nous prolongeons le régime de couvre-feu à 20h », a ensuite annoncé le chef du gouvernement. « Depuis samedi dernier, il a été avancé à 18h dans 15 départements où nous avons observé une reprise particulièrement sensible de la circulation virale, avec un taux d’incidence de plus de 200 cas pour 100 000 habitants. Cette mesure s’appliquera au moins 15 jours. »

Dix nouveaux départements pourrait faire l’objet d’un couvre-feu à 18h

En outre, 10 départements supplémentaires de l’Est de la France, pourraient faire l’objet d’un passage à un couvre-feu avancé à 18 heures dès vendredi, selon Jean Castex.

Un nouveau système va être mis en place pour les personnes malades qui ont besoin d’un arrêt de travail. « A partir du 10 janvier dès que vous avez des symptômes ou que vous êtes cas contact, il vous suffira de vous inscrire sur le site de l’assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail indemnisé sans jour de carence. Chaque personne positive se verra proposer à compter du 20 janvier une visite à domicile par un infirmier. », a détaillé Jean Castex.

Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier

Concernant les vaccins, « les quantités reçues et qui arriveront au cours du mois, nous permettront d’être en capacité de vacciner au moins un million de personnes » d’ici la fin janvier, a-t-il affirmé. « Les personnes âgées de 75 ans et plus pourront se faire vacciner à partir du lundi 18 janvier dans des centres de vaccination ».

« Le vaccin est sûr, les effets indésirables sont extrêmement rares, de l’ordre d’un patient pour 100 000 vaccinés, de nature allergique chez des personnes connues pour être très allergiques au point qu’elles ne sortent pas de chez elle sans un kit d’adrénaline », a expliqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, ajoutant qu’il était « possible de différer la deuxième injection du vaccin Pfizer, le rappel du vaccin, jusqu’à six semaines au lieu de trois pour disposer de davantage de doses tout de suite. »