Covid-19 : Une femme de 78 ans a reçu la première dose de vaccin en France


Une femme âgée de 78 ans a reçu la première dose de vaccin à Sevran, ce dimanche matin. (photo Aurélien Rousseau)

Une femme âgée de 78 ans est la première personne a avoir reçu le vaccin contre le coronavirus en France.

Elle est la première à être vaccinée en France. Mauricette, une ancienne aide ménagère de 78 ans, a reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech ce dimanche à Sevran, en Seine-Saint-Denis, vers 11 heures.

« Un moment intense et porteur de tellement d’espoirs », a commenté Aurélien Rousseau, directeur général de l’ARS d’Île-de-France, sur Twitter.

Au total, 19 500 doses ont été livrées à la pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris, en banlieue parisienne. Elles sont conservées à -70°. Les premiers établissements à administrer le vaccin sont l’hôpital René-Muret de Sevran et le centre gériatrique de Champmaillot du CHU de Dijon (Côte-d’Or). Une vingtaine de personnes doivent être vaccinées aujourd’hui dans ces deux communes.

Le gouvernement souhaite, d’ici fin février, vacciner un million de personnes parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7000 Ehpad et autres établissements de santé.

Olivier Véran ne ferme pas la porte à un troisième confinement

« Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser flamber l’épidémie à nouveau », a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran, au Journal du dimanche. « Nous prendrons les mesures nécessaires, si la situation devait s’aggraver », a-t-il ajouté alors qu’il était interrogé sur un possible troisième confinement. « Nous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure ».

« Ce vaccin protège 95 % des individus contre les cas de forme grave et va sauver beaucoup de vies », a aussi estimé le ministre. « Pour les personnes âgées, le risque de mourir du Covid-19 est élevé. Ce qu’on sait des effets indésirables, hors les rares cas d’allergie grave (1 cas d’allergie pour 45 000), atteste que la balance bénéfices/risques est très favorable. Bien sûr, certains « anti-vax » ne manqueront pas de tenter d’inquiéter, de manipuler. La meilleure réponse, c’est la transparence, la rigueur du suivi en temps réel des effets indésirables, les études au plus près du terrain ».