Crash dans le Gard : Les Trackers devaient être retirés de la flotte aérienne en 2008


Illustration. (photo Benjamin Kadouch / flickr)

Un bombardier d’eau s’est crashé dans le Gard ce vendredi, le pilote a été tué et une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances du drame. Les Trackers devaient être retirés de la flotte aérienne de la sécurité civile à partir de 2008, selon un rapport du Sénat.

Le crash s’est produit vers 17h20 alors que plusieurs bombardiers étaient engagés dans la lutte contre l’incendie à Générac (Gard) et qui a détruit plusieurs centaines d’hectares. Le procureur de la République Eric Maurel a annoncé l’ouverture d’une enquête afin de déterminer les circonstances du drame.

C’est un avion de type Tracker qui s’est crashé hier. Ce type d’appareil devait disparaître de la flotte aérienne de la sécurité civile qui en disposait de 8 pour la saison 2019, sur 26 avions au total explique Le Parisien. Le plus vieux des Trackers a été conçu en 1952.

Deux rapports du Sénat

Ces avions avaient été initialement achetés en 1980 comme avions de lutte sous-marine et ont ensuite été transformés en bombardiers d’eau. Un rapport du Sénat datant de mars 2012 indique que la fin de vie de ces Trackers devait se profiler entre 2016 et 2020, pour être remplacés par des modèles plus récents.

Mais un second rapport du Sénat datant de 2006 indiquait que ces avions devaient être retirés du service en 2008, comme le détaille le quotidien francilien. En remplacement, Gérard Collomb alors ministre de l’Intérieur avait annoncé en 2017, l’achat de six avions neufs de type Dash 8, pour un montant total de 370,37 millions d’euros. La livraison de ces appareils est prévue entre juillet 2019 et juin 2023.


« On change les pièces des avions à des butées déterminées »

Pour autant, le vieillissement de ces Trackers ne « veut pas dire grand chose » pour Jean Serrat, spécialiste en aviation interrogé par BFMTV. « On change les pièces des avions à des butées déterminées, à des butées qui sont fixées. On ne regarde pas si cet alternateur est en bonne condition ou non, on le change, et c’est un neuf qui le remplace », a-t-il expliqué.

Franck C. était un pilote chevronné, il avait 49 ans

Le pilote de l’avion qui est décédé était âgé de 49 ans. Franck C. était père de deux enfants. Pilote chevronné, il était aussi pompier volontaire auprès du SDIS des Bouches-du-Rhône.