Déconfinement : «Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous le 11 mai, nous ne déconfinerons pas» annonce Édouard Philippe


Édouard Philippe. (photo Jacques Paquier/Flickr)

Le Premier ministre Édouard Philippe s’exprime ce mardi après-midi à l’Assemblée nationale pour présenter le plan de déconfinement qui entrera en vigueur le 11 mai prochain.

Fin de notre direct. Merci de nous avoir suivis. Pour recevoir nos alertes en direct, téléchargez l’appli Actu17 pour smartphone.

16h09. Les rassemblements sur la voie publique comme dans les lieux privés seront « limités à 10 personnes ». « La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas reprendre », a aussi annoncé Édouard Philippe.

16h05. Les cérémonies funéraires resteront autorisées, comme c’est le cas actuellement « dans la limite de 20 personnes ». Les cimetières seront rouverts à compter du 11 mai. En outre, les mairies devront continuer à « proposer, sauf urgence, le report des mariages ».

Pas de déplacements sans attestation au-delà de 100 km de son domicile

15h59. « Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, sauf, comme je l’ai dit, pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel. », a expliqué Édouard Philippe.


« Il sera possible, les beaux jours aidant, de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air », a-t-il ajouté. Toutefois, « il ne sera possible, ni de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs ou de contacts ».

« Les parcs et jardins, si essentiels à l’équilibre de vie en ville, ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active. Par mesure de précaution, les plages resteront inaccessibles au public au moins jusqu’au 1er juin ».

« Je demande aux personnes de plus de 65 ans de la patience. Les visites privées, quand elles reprennent, doivent être entourées de précaution, comme les sorties. », a expliqué Édouard Philippe.

Le port du masque obligatoire dans les transports

15h54. Le port du masque sera obligatoire dans tous les transports, comme le métro et le bus. Les opérateurs devront s’organiser pour permettre, même dans le métro, de respecter les gestes barrières. « Cela veut dire, par exemple, que la capacité du métro parisien sera réduite à moins de 30% du nominal », précise Édouard Philippe.

Tous les commerces pourront rouvrir le 11 mai, sauf les restaurants et les bars

15h48. « Aujourd’hui, seuls certains commerces essentiels sont ouverts. Tous, sauf les cafés, restaurants, pourront ouvrir à compter du 11 mai », a annoncé Édouard Philippe.

Chacun des commerces sera obligé de « respecter un cahier des charges strict, limitant le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin et organisant les flux, afin de faire respecter la règle de la distance minimale d’un mètre par personne sans contact autour d’elle. », a précisé le chef du gouvernement. Il devra bien également « veiller à la protection de son personnel. »

Le gouvernement prendra « une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin. »

Une décision fin mai concernant les lycées, le 18 mai pour les collèges

15h44. « Nous déciderons fin mai si nous pouvons rouvrir les lycées, en commençant par les lycées professionnels, début juin », a précisé le Premier ministre.


« Les crèches seront également rouvertes », a-t-il annoncé. « L’accueil par groupes de 10 enfants maximum sera possible, avec la possibilité d’accueillir plusieurs groupes de 10 enfants si l’espace le permet et si les conditions sont réunies pour que les groupes ne se croisent pas. »

« Le port du masque grand public sera obligatoire pour les professionnels de la petite enfance », et il n’y aura pas de port du masque pour les enfants de moins de 3 ans.

Concernant les écoles, il y aura une « limite maximale de 15 élèves par classe ». Les enfants devront pouvoir suivre la scolarité soit dans la classe, chez eux, ou en étude lorsque ce sera possible.

Les collégiens devront attendre jusqu’au 18 mai. « Dans un deuxième temps, à compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d’ouvrir les collèges, en commençant par la 6ème et la 5ème. »

Pas de déconfinement le 11 mai si « les indicateurs ne sont pas au rendez-vous »

15h35. « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous le 11 mai, nous ne déconfinerons pas », a également prévenu Édouard Philippe.

« Si tout est prêt le 11 mai, alors commencera une phase qui durera jusqu’au 2 juin», a-t-il ajouté. « C’est fin mai que nous statuerons notamment sur la réouverture des cafés et des restaurants. C’est donc en gravissant des marches de trois semaines que nous allons avancer. En étant attentif à l’effet de nos décisions, et au comportement de nos concitoyens. »

Les personnes en contact avec un malade seront testées

15h32. « Nous allons enfin faire passer à 100% la prise en charge de ces tests par l’assurance maladie », a précisé Édouard Philippe, avant d’annoncer qu’il n’y aura pas uniquement les personnes présentant des symptômes, qui seront testées : « Dès lors qu’une personne aura été testé positive, nous engagerons un travail d’identification et le test de tous ceux, symptomatiques ou non, qui auront eu un contact rapproché avec elle. Tous ces cas contacts seront testés et seront invités à s’isoler, compte tenu des incertitudes sur la durée d’incubation ».

700 000 tests par semaine

15h12. « Un confinement prolongé aurait pour la nation, des conséquences gravissimes notamment économiques » et « présenterait pour le pays, le risque de l’écroulement », a d’abord expliqué Édouard Philippe.

« À la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier nos tests. Nous nous sommes fixés l’objectif de réaliser au moins 700.000 tests virologiques par semaine au 11 mai », a-t-il annoncé.

« 700.000 nous donne la marge qui nous permettra, en plus des tests des chaînes de contamination de mettre en œuvre des campagnes de dépistage comme nous l’avons déjà engagé pour les Ehpad notamment », a détaillé le Premier ministre.