Deux gendarmes se suicident à Lyon et à Toulouse


La caserne de gendarmerie Général Guy-Delfosse à Lyon. (Google view)

Deux gendarmes ont mis fin à leurs jours à Lyon (Rhône) et à Toulouse (Haute-Garonne) ce vendredi.

Dramatique journée pour la gendarmerie nationale. Deux militaires ont été retrouvés sans vie. Ces derniers ont fait usage de leur arme de service pour se donner la mort rapporte La Voix du Gendarme.

Le major Patrick A., adjoint au peloton motorisé (PMO) de Toulouse, s’est suicidé à son domicile, au siège de la région de gendarmerie. Le militaire était âgé de 56 ans et père de deux filles de 27 et 30 ans. Il devait partir à la retraite en fin d’année selon l’association gendarmes et citoyens (APNM). « Nous adressons à sa famille, ses proches et ses camarades nos plus sincères condoléances et les assurons de tout notre soutien dans cette épreuve », écrit-elle sur Facebook.

Elle aurait laissé un message

Le second drame s’est produit à Lyon. La commandante de la brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) a été retrouvée morte dans une pièce inutilisée de la caserne Delfosse, située rue Bichat (2e). La défunte était âgée de 53 ans. Mère d’un enfant, elle était divorcée et aurait laissé un écrit à son domicile.

Les deux tragédies n’ont aucun lien entre elles précise le site d’informations spécialisé qui rappelle qu’en 2020, 10 gendarmes ont mis fin à leurs jours. Dans les deux cas, une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances de ces catastrophes.