Dijon : Un dealer de 17 ans tente d’escroquer un client, ce dernier l’enlève, le séquestre et réclame une rançon


Illustration. (Shutterstock / Daniel Jedzura)

Un adolescent de 17 ans s’est fait passer pour un dealer auprès d’un homme, en lui assurant qu’il allait lui fournir du cannabis. Il a empoché l’argent de la transaction mais n’a pas livré la drogue. La situation a dégénéré.

Rien ne s’est déroulé comme prévu lors de cette transaction de drogue. Ni pour l’acheteur, victime d’un escroc, ni pour celui qui se faisait passer pour un dealer. L’adolescent, qui avait promis 1 kg de résine de cannabis contre 1 000 euros à cet homme de 33 ans, était bien au rendez-vous, relate Le Progrès.

Il avait été fixé sur un parking de Chenôve près de Dijon (Côte-d’Or), dans la nuit de jeudi à vendredi. Sur place, l’acheteur a remis l’argent au pseudo-dealer, comme convenu, mais au lieu de lui remettre la drogue, celui-ci a tenté de prendre la fuite avec deux complices.

Le trentenaire ne s’est pas laissé faire. Il a poursuivi les trois escrocs et une bagarre a éclaté. L’homme a pris le dessus sur le trio et a empoigné l’adolescent avec lequel il avait traité depuis le début.

Il l’enferme dans son coffre

S’en est suivie une épopée « digne des mauvais films policiers » lâchera le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi matin.


Le trentenaire a empoigné l’adolescent et l’a jeté dans le coffre de sa voiture. Il a ensuite pris la route avec son otage et l’a promené d’un endroit à un autre de la région. L’adolescent aurait aussi été menacé avec un couteau et même un katana (un sabre japonais, ndlr).

Le ravisseur aurait été rejoint par deux autres personnes, qui lui ont prêté main forte durant son périple. Dans le même temps, le père de l’adolescent a reçu une demande de rançon. Ce dernier a immédiatement alerté la police.

Les enquêteurs ont pu consulter les SMS reçus par le père de l’adolescent, lui demandant de donner un millier d’euros en échange de son fils, « sinon on coupe un doigt ».

Un vaste dispositif de recherche

« Avec la BRI, nous avons déclenché le protocole enlèvement dès le vendredi matin, toujours très sensible, car on sait que l’infraction est en cours et qu’une vie humaine est en jeu », a déclaré Magali Caillat, directrice interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Dijon.

Un vaste dispositif de recherches a été mis en œuvre. La trentaine de policiers mobilisés ont reçu l’appui d’un hélicoptère de la gendarmerie nationale. Ce déploiement de force a eu l’effet escompté et les fonctionnaires ont localisé le suspect au volant de son Audi.

Un policier de la BRI blessé

Mais le ravisseur ne s’est pas laissé interpeller dans le calme. Il a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers et a percuté violemment un véhicule de police. Un fonctionnaire de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) a été blessé lors de la collision.

Le suspect a finalement été interpellé vers 18h30, sur la commune de Sacquenay, et l’adolescent a été délivré. « Je me sens libéré ! », a-t-il déclaré en retrouvant l’air libre. Il souffrait simplement de contusions.

L’enquête menée par la police judiciaire a abouti à l’identification et l’interpellation des deux complices du trentenaire. Les trois hommes ont été déférés au parquet et une information judiciaire a été ouverte.


Mis en examen et écroué

C’est dans ce cadre que deux des suspects ont été mis en examen pour « enlèvement en bande organisée sans libération volontaire », et le troisième pour complicité de ce crime.

Le trentenaire a été placé en détention provisoire, tandis que les deux autres mis en examen, âgés de 28 et 42 ans, se retrouvent sous contrôle judiciaire en attendant leur procès.