Disparus depuis 2 mois, les corps de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil retrouvés enterrés


Gabriel Ferchal et Julien Boumlil avaient disparu le 3 décembre dernier.

Les corps sans vie de Gabriel Ferchal et Julien Boumlil, disparus depuis le 3 décembre dernier, ont été retrouvés enterrés dans un sous-bois à Revest-du-Bion (Alpes-de-Haute-Provence) par les gendarmes de la section de recherche de Marseille.


Les deux amis d’enfance n’avaient plus donné le moindre signe de vie depuis le 3 décembre 2019, laissant craindre le pire. Un appel à témoins avait été lancé. Originaires de Malves-en-Minervois, près de Carcassonne (Aude), Julien Boumlil (26 ans) et Gabriel Ferchal (25 ans) étaient recherchés depuis le signalement de leur disparition de leur famille.

Les gendarmes de la section de recherche de Marseille ont fait une macabre découverte ce mardi, découvrant deux corps dans un sous-bois sur la commune de Revest-du-Bion. « On peut présumer qu’il s’agit bien des deux personnes portées disparues depuis le 3 décembre, même si l’autopsie et les examens complémentaires devront le confirmer », a indiqué le procureur de la République d’Aix-en-Provence, Achille Kiriakides.

Une visite à un ami à Revest-du-Bionque

C’est à Revest-du-Bion que Gabriel Ferchal et Julien Boumlil avaient rendu visite à un ami le soir de leur disparition, à environ 400 km de chez eux. « Ils sont ensuite repartis à 21h30 de Revest-du-Bion pour se rendre chez un autre ami à Pertuis (Vaucluse), mais ils ont dû passer par Rognes car la route directe était fermée… Il y a une heure de route à faire, mais ils ne sont jamais arrivés à Pertuis. La personne chez qui ils se rendaient ne les a jamais vus ce soir-là, il nous l’a confirmé par téléphone », avait expliqué Geoffroy Not, le cousin de Julien Boumlil, à La Dépêche.

Selon des sources judiciaires, au moins une personne serait actuellement en garde à vue dans cette affaire et des perquisitions sont également en train d’être réalisées.


Leur voiture toujours introuvable

A ce stade, la voiture des deux victimes, une Volkswagen Passat, n’a pas été retrouvée. Les premières investigations avaient permis de déterminer que l’un des téléphones portables des victimes avait borné dans la nuit du 3 au 4 décembre à 00h46, à Rognes (Bouches-du-Rhône) explique France 3, à plus de 70 km de Revest-du-Bion.

Le 26 décembre dernier, une enquête pour « enlèvement et séquestration sans libération volontaire » avait été ouverte par le parquet du pôle de l’instruction criminelle d’Aix-en-Provence. « La saisine du juge d’instruction a été étendue d’enlèvement à homicide volontaire », a précisé le procureur de la République.