Double meurtre dans les Cévennes : un appel à témoins lancé pour retrouver le tueur présumé


Valentin Marcone, 29 ans, est activement recherché par les forces de l'ordre. (photo gendarmerie nationale)

L’auteur présumé d’un double meurtre dans les Cévennes ce mardi matin est toujours activement recherché par les gendarmes. Un appel à témoins a été diffusé ce jeudi matin.

48 heures après un double homicide dans le village des Plantiers (Gard), la gendarmerie a lancé un appel à témoins pour retrouver l’auteur présumé des faits. Âgé de 29 ans, Valentin Marcone est « considéré comme dangereux ». D’importantes recherches sont en cours dans la forêt cévenole depuis mardi où le fugitif se serait caché, mais sans résultat pour l’heure.

Cet homme est décrit comme « sportif, de corpulence moyenne » avec des cheveux courts de couleur châtain. Mesurant 1m70, il porte des lunettes. Au moment de sa fuite, il portait un treillis vert et une veste de camouflage avec capuche. En outre, il est susceptible d’être muni d’une arme de poing et d’une carabine de précision. Valentin Marcone est accusé d’avoir abattu son patron et un employé dans la scierie où il travaillait, de plusieurs balles dans la tête.

« Si vous l’avez vu ou si vous avez des infos le concernant, contactez la gendarmerie du Gard au 04.66.38.67.22. Vous ne devez en aucun cas intervenir vous-mêmes », précise l’appel à témoins.

Plusieurs pistes étudiées

Les gendarmes étudient plusieurs hypothèses. Le fugitif « aurait pu prendre la fuite plus loin, au-delà du périmètre de 15 km2 que nous fouillons depuis le départ », détaille le porte-parole de la gendarmerie en Occitanie, cité par Le Parisien. Néanmoins, le dispositif reste maintenu dans le secteur des Plantiers. La piste d’un suicide est également sur la table, tout comme celle qui mène vers une planque dans la forêt, « dans un terrain qu’il connait et maîtrise », a rappelé le général Philippe Ott, commandant en second de la région de gendarmerie PACA, à BFMTV.

« Je l’appelle à revenir à la raison, à déposer les armes, et à venir s’expliquer sur son passage à l’acte dans le cadre d’une reddition pacifique », a lancé le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel, face à la presse, ce mercredi soir.