Drôme : 7 personnes, dont 3 détenus, mises en examen pour financement du terrorisme


Le siège de la DGSI à Levallois-Perret. (photo NemesisIII / Wikimedia)

La justice les soupçonne d’avoir récolté de l’argent destiné à des femmes djihadistes détenues dans le nord de la Syrie, pour les aider à fuir.

Au terme de quatre jours d’auditions dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ce vendredi soir, sept personnes – dont trois détenus du centre pénitentiaire de Valence dans la Drôme – ont été mises en examen pour « financement du terrorisme » et « association de malfaiteurs terroriste ».

Trois détenus radicalisés

Ces sept suspects ont été interpellés mardi matin par les policiers de la DGSI dans le cadre d’une enquête préliminaire dirigée par le parquet national antiterroriste (PNAT).

Les trois prisonniers ont déjà été condamnés pour des faits de terrorisme ou connus pour leur radicalisation. Leurs cellules ont été fouillées et les policiers ont découvert cinq téléphones et plusieurs clefs USB. Parmi les suspects mis en examen figure la mère de l’un des détenus.

Un volet judiciaire belge

En même temps que l’opération française, les policiers belges ont interpellé deux suspects à Bruxelles et à Liège. Ils ont été inculpés mercredi pour « participation aux activités d’un groupe terroriste ». Lors des perquisitions à leur domicile, les policiers ont saisi entre 8 000 et 10 000 euros, relate Le Parisien. Les deux affaires, bien qu’indépendantes judiciairement, sont liées.