Échirolles : Un homme de 80 ans poignardé et grièvement blessé pour une simple remarque


Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Un homme âgé de 80 ans a été victime d’une violente agression au couteau ce mardi après-midi à Échirolles, près de Grenoble (Isère). Un mineur de 16 ans et un jeune homme de 19 ans ont été interpellés peu après les faits puis placés en garde à vue.

Une simple remarque serait à l’origine de cette tentative d’homicide sur cet homme âgé. Il était environ 16 heures lorsque ce retraité de 80 ans a été victime de cette violente agression à l’arme blanche selon nos informations, confirmant celles du Dauphiné. Les faits se sont déroulés devant la maison de la victime, dans la rue de l’Oisans, un secteur pavillonnaire.

Selon les premiers éléments, l’octogénaire se trouvait au volant de sa voiture et voulait sortir de son stationnement. Il a alors constaté que deux jeunes individus le gênait dans sa manœuvre et leur a demandé de bien vouloir se décaler. Le duo n’a pas apprécié la demande et l’un d’eux a exhibé un couteau qu’il a utilisé pour crever deux pneus de la voiture de l’octogénaire. Il se serait ensuite dirigé vers le conducteur, avant de le poignarder au niveau de l’abdomen, lâchant qu’il allait le « crever ».

Les deux agresseurs ont ensuite pris la fuite, abandonnant la victime grièvement blessée. Cette dernière a été rapidement prise en charge par les sapeurs-pompiers puis a été évacuée au CHU Grenoble-Alpes en état d’urgence absolue. Son état de santé s’est amélioré dans les heures qui ont suivi et ses jours ne sont pas en danger.

Rapidement retrouvés et interpellés par la police

Les policiers sont de leur côté partis à la recherche des deux suspects, avec leur description, l’octogénaire ayant pu s’exprimer avant son transport à l’hôpital. Les agresseurs présumés ont été retrouvés et interpellés moins d’une heure après par les fonctionnaires de la brigade anticriminalité (BAC), dans la rue Lucien-Sampaix. Âgés de 16 et 19 ans et inconnus des services de police, ils ont été placés en garde à vue. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale.