Enlèvement de Mia : Rémy Daillet-Wiedemann visé par un mandat d’arrêt international


Rémi Daillet-Wiedemann est visé par un mandat d'arrêt international. (capture écran YouTube)

Un mandat d’arrêt international a été délivré à l’encontre de Rémy Daillet-Wiedemann, qui est soupçonné d’avoir influencé les ravisseurs de la petite Mia. Ce dernier, qui est une figure de la mouvance complotiste, est réfugié en Malaisie.

Rémy Daillet-Wiedemann est désormais visé par un mandat d’arrêt international qui a été délivré par le juge d’instruction de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Nancy, dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement de Mia. Une information judiciaire pour « enlèvement en bande organisée d’une mineure de 15 ans » et « association de malfaiteurs » a été ouverte dans ce dossier. La petite Mia et sa mère ont été retrouvées en Suisse ce dimanche.

Le suspect, ex-président du MoDem de Haute-Garonne à la fin des années 2000, exclu par François Bayrou en 2010, « aurait joué un rôle dans l’organisation de l’enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de l’accueillante de la mère et de l’enfant à Neuchâtel » a précisé le procureur de la République de Nancy, François Pérain, dans un communiqué.

Selon Le Parisien, l’auteur de l’attaque à la voiture-bélier contre la gendarmerie de Dax (Landes) en novembre dernier, qui souffre de problèmes psychiatriques, avait expliqué son passage à l’acte par l’influence exercée sur Internet par Rémy Daillet-Wiedemann, qui possède un site avec une adresse à son nom.

Cet homme réfugié en Malaisie défend notamment un programme nommé « Appel au renversement du gouvernement de la République française ». « C’est en surfant sur le thème d’un naufrage supposé de la France que Daillet-Wiedemann recrute ses émules avant de les abreuver de ses réflexions et de ses injonctions via des messageries cryptées », expliquent nos confrères.