Essonne : Attaques à répétition contre la police et multiples dégradations volontaires


Illustration. (Shutterstock)

De nouveaux incidents se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi dans l’Essonne. Deux caméras de surveillance ont été dégradées, l’une a été volée, et deux véhicules de la police municipale d’Arpajon ont été brûlés. Des faits qui font suite à de nombreuses attaques envers les policiers ces derniers jours.

Le climat est extrêmement tendu dans le département de l’Essonne depuis plusieurs jours. Les attaques visant les policiers et les actes de dégradations volontaires se multiplient.

Déjà dans la nuit de vendredi à samedi, pompiers et policiers avaient été attaqués dans le quartier de Grigny 2 par une trentaine d’individus qui les avaient pris pour cible avec des mortiers d’artifice et des pavés. Les deux nuits suivantes, le commissariat des Ulis a été attaqué par une quarantaine d’individus qui ont notamment utilisé des cocktails Molotov. Quatre véhicules de police ont été dégradés.

24 voitures ont été incendiées dans le département dans la nuit du 13 au 14 juillet dans l’Essonne.

Les policiers littéralement attaqués par une centaine d’individus à Corbeil

Autre attaque d’ampleur dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes dans la nuit du 14 au 15 juillet. Les policiers ont été appelés alors que les sapeurs-pompiers étaient en train de prendre en charge une femme qui avait été renversée rue Gustave Courbet. Les deux équipages de police ont été littéralement attaqués par une centaine d’individus hostiles, à leur arrivée, qui ont utilisé là encore des mortiers d’artifice, des bouteilles en verre et des pavés.

Encerclés, ces derniers ont demandé du renfort explique le rapport d’intervention que nous avons consulté. Ils ont alors constaté que plusieurs containers avaient été incendiés par les assaillants, pour les empêcher de sortir mais également pour freiner l’arrivée des renforts. Face à cette situation particulièrement périlleuse et alors qu’ils étaient lourdement caillassés, les policiers ont effectué des charges, des « bons offensifs », pour faire reculer les très nombreux agresseurs, et ainsi pouvoir sortir de ce véritable guet-apens.

Une quarantaine de grenades et une trentaine de tirs de LBD

Les forces de l’ordre ont fait usage à de nombreuses reprises de leurs armes intermédiaires. Au total ce sont 37 grenades lacrymogènes de type MP7 qui ont été utilisées et une trentaine de tirs de LBD 40 (Lanceurs de balles de défense) ont été nécessaires. Les policiers sont parvenus à effectuer un repli et les sapeurs-pompiers ont pu intervenir un peu plus tard, pour éteindre tous les incendies de containers.

Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de sûreté urbaine de Corbeil-Essonnes. Aucun des agresseurs n’a pu être interpellé en flagrant délit.

« Les attaques isolées envers la police se sont multipliées »

Au cours de cette même nuit, les policiers ont également été attaqués dans plusieurs autres communes par des tirs de mortiers d’artifice et des jets de pierres, notamment à Massy, Étampes, Quincy-sous-Sénart, Ris-Orangis ou encore à Chilly-Mazarin.

« Ces attaques envers les policiers sont très graves, mais il est important de dire que ce ne sont pas les seules. Les attaques isolées envers la police se sont multipliées depuis une quinzaine de jours dans le département », nous explique une source policière haut placée.

Une caméra de surveillance dégradée, une autre volée

Dans la nuit de lundi à mardi, les policiers de Longjumeau ont été appelés vers 00h40. Le requérant a expliqué que deux individus étaient en train de scier le mât d’une caméra de surveillance. Sur place, les fonctionnaires ont aperçu deux suspects prendre rapidement la fuite. Ces derniers n’ont pu être interpellés. Ils ont alors découvert que le mât de cette caméra avait été en partie scié, mais qu’il n’était pas tombé. La disqueuse des auteurs a été saisie afin que des prélèvements y soient effectués.

Dans le même temps à Massy, les policiers sont intervenus pour des faits similaires, peu avant 1 heure du matin. Le mât d’une caméra de surveillance de la ville a été entièrement scié et la caméra a été volée. Les auteurs ont pris la fuite.

La semaine dernière dans le quartier des Tarterêts à Corbeil, le mât de la caméra de surveillance située au 21 avenue Léon-Blum a également été scié. Elle avait été réinstallée six semaines auparavant.


Deux véhicules de la police municipale brûlés

Vers 1h20, les policiers d’Arpajon ont été appelés pour un incendie volontaire au centre technique municipal de Saint Germain Lès Arpajon. Un ou plusieurs individus venaient d’incendier une voiture sérigraphiée de la police municipale.

Un second véhicule sérigraphié « ASVP » a également été brûlé par la propagation des flammes. Les deux véhicules ont été détruits.

Enquête ouverte suite à des ventes anormales d’acide chlorhydrique

Une enquête a été ouverte après les ventes anormales d’acide chlorhydrique dans le département. Plusieurs magasins de bricolage notamment à Villabé, et à Vigneux-sur-Seine ou encore à Étampes, ont fait appel à la police en signalant ces ventes massives au cours du week-end. Le parquet d’Évry a décidé d’ouvrir une enquête.

Durant la nuit de dimanche à lundi dans le quartier de Guinette à Étampes, des policiers municipaux ont été visés par des cocktails Molotov et ont constaté qu’il s’agissait en fait de « bombes d’acide ». Aucun d’entre eux n’a été blessé. Un équipage de policiers municipaux à Cachan (Val-de-Marne) ce samedi a connu le même sort.