Essonne : Il menace un policier hors service avec un pistolet sur l’autoroute, six mois de sursis

Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/Ip3 Press/Maxppp)

Un homme âgé de 27 ans a été interpellé à son domicile situé à Saintry-sur-Seine, près de Corbeil-Essonnes (Essonne) ce dimanche en début d’après-midi, pour avoir menacé un automobiliste avec une arme de poing. Ce dernier qui est policier, a exhibé sa carte professionnelle au moment des faits. Le mis en cause a écopé d’une peine de prison avec sursis.

Vers midi ce dimanche, un commissaire de police était hors service au volant de sa voiture, en compagnie de sa fille, sur l’autoroute A6 au niveau de l’embranchement avec la N104, lorsque les faits se sont produits. Un autre conducteur au volant d’un pick-up de marque Isuzu, serait arrivé à pleine vitesse.

Le policier a décidé de lui faire remarquer que sa conduite était dangereuse, ce que le conducteur n’a visiblement pas apprécié. « L’homme a exhibé une arme de poing qu’il a pointée sur le policier et sa fille, sans faire feu », décrit une source proche de l’enquête. Le fonctionnaire, en réponse, lui aurait montré sa carte professionnelle et le suspect a accéléré, prenant la fuite.

Un pistolet d’alarme découvert dans la voiture

Le commissaire a composé le « 17 » et a raconté ce qui venait de lui arriver. « Le suspect a été rapidement identifié par l’intermédiaire de l’immatriculation de son véhicule », indique cette même source. L’homme habite une maison sur la commune de Saintry-sur-Seine. Un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) l’a interpellé en début d’après-midi alors qu’il sortait de chez lui. « Le RAID avait été sollicité pour cette intervention, mais n’a finalement pas eu besoin de venir », précise notre source.

Le mis en cause âgé de 27 ans a été placé en garde à vue. Il était jusqu’ici inconnu des services de police. Dans sa voiture, les forces de l’ordre ont découvert un pistolet d’alarme qui serait celui qu’il a exhibé. Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de sûreté urbaine (BSU) du commissariat d’Évry. Le fonctionnaire a de son côté déposé plainte.

Six mois de prison avec sursis

Déféré au parquet d’Évry, le mis en cause a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), appelée également « plaider-coupable ». Il a également fait l’objet d’une suspension de permis de conduire de quatre mois et d’une interdiction de détenir une arme durant deux ans.