Essonne : Le gérant d’une auto-école accusé d’agressions sexuelles sur des élèves


Le gérant de l’auto-école 137, est visé par des plaintes pour agressions sexuelles. Il a été placé sous contrôle judiciaire. (photo Google)

L’auto-école 137 située dans la rue du Président François Mitterrand de Longjumeau (Essonne) est désormais fermée. Son gérant a été placé sous contrôle judiciaire, il est soupçonné d’agressions sexuelles.


Les rumeurs qui couraient depuis quelques temps se sont transformées en plaintes, à l’initiative d’une élève qui a recueilli les témoignages de plusieurs autres jeunes filles.

Le gérant de l’auto-école 137, qui était aussi moniteur, est soupçonné d’avoir abusé de sa position pour pratiquer des attouchements sur des élèves qui prenaient des leçons de conduite.

Un procès le 25 mars prochain

L’enquête a débuté au mois de décembre 2019. Le 18 janvier dernier, ce père de famille âgé de 45 ans a été déféré devant le parquet d’Évry-Courcouronnes. Il est visé par quatre plaintes pour « agressions sexuelles » et a été suspendu de ses fonctions puis placé sous contrôle judiciaire.

L’homme doit comparaître le 25 mars prochain devant le tribunal correctionnel d’Évry. Il n’a pas d’antécédents concernant des affaires de mœurs, relate Le Parisien. Les enquêteurs recherchent d’autres éventuelles victimes parmi les jeunes femmes qui ont appris la conduite avec lui.


Des caresses contraintes, selon les plaignantes

Les premiers faits recensés remontent « jusqu’en 2017 », selon une source judiciaire. Les attouchements se produisaient dans l’habitacle de la voiture lors des leçons de conduite, selon les témoignages recueillis par les policiers, « par-dessus leurs vêtements, sur la poitrine et le sexe ».

L’auto-école est désormais fermée. Un mot trône sur sa devanture, indiquant que l’entreprise a été placée en liquidation judiciaire.