États-Unis : La police tire à 7 reprises dans le dos d’un homme noir, des émeutes éclatent


Une séquence montre des policiers tirer sur Jacob Blake tandis que celui-ci leur tourne le dos. (capture vidéo DR)

Véhicules incendiés, vitrines brisées, la ville de Kenosha dans le Wisconsin (États-Unis) a été secouée par des émeutes la nuit dernière. Elles font suite à une intervention de la police qui s’est soldée par un blessé grave.

Des centaines de personnes ont affronté les policiers déployés dans la ville de Kenosha dans le Wisconsin la nuit dernière, après la diffusion d’une vidéo montrant une intervention policière qui a eu lieu dimanche soir. Filmée par un riverain, la scène s’est déroulée vers 17 heures (heure locale). Une patrouille de police s’est rendue dans un quartier résidentiel de la localité après avoir été avisée d’un « incident domestique » en cours, rapporte Kenosha News.

Sur la séquence vidéo prise depuis l’autre côté de la rue et qui dure une vingtaine de secondes, on peut voir trois policiers crier et pointer leurs pistolets en direction de Jacob Blake. Cet Afro-Américain de 29 ans ne tient visiblement pas compte des injonctions des policiers et continue de marcher vers l’avant d’un véhicule stationné dans la rue.

Suivi par deux agents, on le voit ouvrir la portière côté conducteur et se pencher à l’intérieur, lorsqu’un policier l’attrape par son débardeur et ouvre le feu. Les agents ont tiré à au moins sept reprises sur le jeune homme qui leur tournait le dos, le blessant grièvement. La fusillade s’est produite alors que ses enfants se trouvaient dans le véhicule.

Il a été pris en charge par les secours et hospitalisé en urgence. Jacob Blake se trouve toujours à l’hôpital dans un état critique. Dans un communiqué, le Département de la Justice de l’État a indiqué que « les policiers impliqués ont été mis en congé administratif ».

Le gouverneur démocrate du Wisconsin, Tony Evers, s’est fendu d’un communiqué dans lequel il n’épargne pas les policiers : « Bien que nous n’ayons pas encore tous les détails, ce que nous savons avec certitude, c’est qu’il n’est pas le premier homme noir ou la première personne noire à avoir été abattu, blessé ou tué impitoyablement par des individus chargés de l’application de la loi dans notre État ou dans notre pays ». « Nous soutenons tous ceux qui ont réclamé et continuent d’exiger justice, équité et responsabilité pour la vie des Noirs dans notre pays », conclut-il.

Des émeutes ont éclaté dans la ville durant la nuit, malgré le couvre-feu décrété par le comté. Ces faits interviennent dans un contexte d’importantes tensions entre les forces de l’ordre et des personnes de la communauté noire américaine.


L’avocat de Jacob Blake, Benjamin Crump, qui est également le défenseur de la famille de George Floyd, a déclaré dans un communiqué que les trois fils de son client « ont vu leur père s’effondrer après avoir été criblé de balles ». Selon lui, Jacob Blake « essayait simplement de faire une bonne action en intervenant dans un incident domestique ».

Des riverains ont indiqué aux médias locaux que l’homme séparait deux femmes qui se disputaient lorsque les policiers sont arrivés. La police de Kenosha n’a, pour sa part, pas souhaité s’exprimer pour le moment. Selon les autorités locales, les policiers intervenants n’étaient pas équipés de caméras-piéton, votées au budget municipal pour l’année prochaine.