Explosion rue de Trévise à Paris : une cagnotte pour aider les familles des pompiers décédés.

par Y.C.
(photo Sapeurs-Pompiers de Paris)

Une cagnotte a été ouverte pour soutenir les familles des deux pompiers qui ont perdu la vie ce samedi matin à Paris, dans la violente explosion d’une boulangerie rue de Trévise (IXe).

Le caporal-chef Simon Cartannaz et le sapeur de première classe Nathanaël Josselin sont décédés en mission ce samedi. Ils avaient 28 et 27 ans.

Ils étaient arrivés les premiers au 6 rue de Trévise pour une fuite de gaz. Quelques minutes après, l’explosion s’est produite. Conduits en arrêt cardio-respiratoire à l’hôpital, ils n’ont pas survécu à leurs blessures.

Une cagnotte en ligne est ouverte pour venir en aide à leurs familles. Près de 800 personnes y avaient déjà participé vers midi ce dimanche, récoltant une somme dépassant 20 000 euros.

Les deux pompiers avaient été décorés

Le caporal-chef Simon Cartannaz était âgé de 28 ans et originaire de Chambéry (73). Il avait intégré la brigade de sapeurs-pompiers de Paris en août 2013 tout en étant sapeur-pompier volontaire à Chambéry.

Il a été décoré d’une médaille pour acte de courage et de dévouement (ACD) échelon bronze et d’une médaille de la Sécurité Intérieure (MSI), échelon bronze en 2016. Il était célibataire et sans enfant.

Le sapeur de première classe Nathanaël Josselin était lui âgé de 27 ans et originaire de Migennes (89). Il avait quant à lui intégré la brigade de sapeurs-pompiers de Paris en octobre 2014 et était aussi sapeur-pompier volontaire à Brienon (89).

Il avait été décoré de la médaille de la Sécurité Intérieure (MSI), échelon bronze en 2016. Il était lui pacsé et père d’un garçon de 3 ans.

Une femme portée disparue

Une ressortissante espagnole a également perdu la vie dans l’explosion, portant le bilan du drame à 3 morts. Ce dimanche matin, les sapeurs-pompiers ont annoncé qu’une femme était toujours portée disparue. Les recherches sur place se poursuivent.