Floirac : Un sexagénaire battu à mort, cinq suspects de 19 à 21 ans en garde à vue


Pierre Sourgen a été retrouvé mort dans cet immeuble de la rue Edgar-Degas. (Google view)

Cinq suspects âgés de 19 à 21 ans ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont accusés du meurtre d’un homme âgé de 68 ans à Floirac, près de Bordeaux (Gironde), qui a été battu à mort. Ils seront déférés ce samedi.

Pierre Sourgen, un retraité de 68 ans, a été retrouvé inconscient et grièvement blessé vendredi 10 avril vers 19 heures, dans les parties communes d’un immeuble situé dans la rue Edgar-Degas, à Floirac. Pris en charge par les secours, il est décédé sur place peu après. La victime, qui se trouvait dans une coursive desservant des locaux techniques, présentait un important traumatisme facial et de nombreux hématomes au visage indique une source proche de l’enquête.

Le médecin légiste a indiqué lors de ses premières constatations que les blessures du défunt n’étaient pas compatibles avec une chute. La piste criminelle a rapidement été privilégiée par les enquêteurs de la police judiciaire qui ont été chargés du dossier. L’autopsie a ensuite confirmé que Pierre Sourgen avait été frappé à mort.

Les jours suivant le meurtre, les policiers de la brigade criminelle de la direction zonale de la police judiciaire (DZPJ) sont parvenus à identifier cinq suspects âgés de 19 à 21 ans. Trois d’entre eux ont été interpellés ce jeudi soir avec l’appui des fonctionnaires de la brigade de recherche et d’intervention (BRI). Les deux autres mis en cause, un couple qui se savait recherché, s’est présenté à la police précise Sud Ouest. Originaires de Cenon, Lormont et Floirac, ils ont été placés en garde à vue.

Une simple réflexion serait à l’origine du meurtre

Les quatre hommes sont soupçonnés d’avoir frappé le sexagénaire, tandis que la jeune femme aurait été témoin des faits. Que s’est-il passé avant ce déferlement d’ultra-violences ? La victime qui était semble-t-il en train de bricoler sa voiture dans le parking, aurait fait une réflexion aux cinq individus détaille le quotidien, ce qu’ils n’auraient pas apprécié. Ils se seraient alors acharnés sur le sexagénaire à coups de pied, avant de l’abandonner alors qu’il gisait au sol.

Le travail d’investigation des enquêteurs, notamment technique, a donc permis de remonter rapidement jusqu’aux cinq suspects. Ces derniers, qui sont au chômage, seront déférés ce samedi en vue de leur mise en examen. Une information judiciaire pour homicide volontaire devrait être ouverte.