Gard : Pris en otage par un braqueur, leur fille de 13 ans se cache et guide la police par téléphone


Illustration Actu17 ©

Un couple vivant dans le Gard a été victime d’un home-jacking, dans la nuit de jeudi à vendredi. Ligotés et menacés par un homme armé, les parents d’une adolescente de 13 ans ont été secourus grâce à son sang-froid.


En pleine nuit, un individu armé et encagoulé a fait irruption au domicile d’une famille, situé au niveau du chemin de Vermeil, dans un quartier résidentiel de Saint-Christol-lès-Alès (Gard).

Sous la menace d’une arme de poing et d’un fusil à canon scié, le malfaiteur a ligoté l’homme et la femme. Il leur a demandé le contenu d’un supposé coffre-fort entreposé dans la maison.

La jeune fille se cache et appelle la police

Ce que le braqueur ne savait pas, c’est que la fille du couple âgée de 13 ans se trouvait aussi au domicile. Comprenant la gravité et l’urgence de la situation, elle s’est cachée et a alerté le commissariat d’Alès.

Un vaste déploiement de forces de l’ordre et de secours a été mis en oeuvre. Profitant d’avoir un témoin direct caché dans ce huis clos sous tension, les policiers lui ont demandé de décrire la situation. La jeune fille a alors expliqué dans quelles conditions ses parents étaient retenus.


Il place son pistolet contre la porte, vers les policiers

« La jeune fille a été très courageuse et a gardé son sang-froid pour continuer à renseigner les policiers », a déclaré le procureur de la République d’Alès, François Schneider.

Sur place, les policiers ont tenté d’établir un dialogue avec le preneur d’otages. Ce dernier a alors placé son pistolet de calibre 6,35 mm contre la porte d’entrée, en direction des fonctionnaires, relate Midi Libre. Là encore, les forces de l’ordre ont pu compter sur le témoignage en direct de la jeune fille de 13 ans.

Interpellé et placé en garde à vue

Grâce à ses précieuses informations, les policiers ont contourné la maison et observé la scène depuis une fenêtre. Après des négociations avec l’homme armé, il a hésité puis s’est finalement rendu.

L’homme a immédiatement été interpellé et placé en garde à vue. Les policiers ont saisi les armes qui étaient approvisionnées et prêtes à faire feu. Le malfaiteur, défavorablement connu des services de police, était toujours en garde à vue ce vendredi.

Le parquet d’Alès devait être dessaisi du dossier au profit du pôle criminel de Nîmes. Le mis en cause devait déféré au palais de justice de Nîmes ce samedi, en vue de sa mise en examen.