Gard : Les policiers caillassés par une cinquantaine d’individus après la saisie de plusieurs kilos de drogue


Une opération de police s'est déroulée allée des Cyprès, dans le quartier des Escanaux, à Bagnols-sur-Cèze. (capture écran Google view)

A l’issue d’une opération anti-drogue des policiers dans un quartier de Bagnols-sur-Cèze (Gard), les fonctionnaires ont été violemment pris à partie par une cinquantaine d’individus, dont de nombreux jeunes adolescents. Plusieurs véhicules de police ont été lourdement dégradés.

Les policiers ont agi sur réquisition du procureur de la République de Nîmes ce lundi vers 16h30. L’opération de police avait pour but de mettre un coup d’arrêt au trafic de stupéfiants dans le quartier des Escanaux, à Bagnols-sur-Cèze. Mais la situation a dégénéré et plusieurs dizaines d’individus s’en sont pris aux policiers raconte Midi-Libre.

Une vingtaine de policiers étaient mobilisés dans cette opération visant notamment à contrôler des caves d’immeuble, allée des Cyprès. La première cave qui a été ouverte a montré aux fonctionnaires que leurs informations étaient bonnes.

7kg de cannabis, de la cocaïne, des munitions et de l’argent liquide

A l’intérieur, 7 kilos de cannabis, 120 grammes de cocaïne, des munitions et des centaines d’euros en liquide ont été saisis par les policiers. Un homme déjà connu des services de police a été interpellé dans le même temps.

Une pluie de projectiles

Alors qu’ils allaient quitter les lieux, les policiers ont été violemment pris à partie par une cinquantaine d’individus rassemblés dehors. Une pluie de projectiles s’est abattue sur les fonctionnaires et leurs véhicules qui ont été lourdement endommagés. Interrogée par le quotidien, la commandant de police Isabelle Pascal a indiqué qu’elle n’avait « jamais connu un défoulement de cette ampleur-là ». Un policier a par ailleurs été légèrement blessé par l’un des projectiles.


Les véhicules de police ont été très dégradés par les projectiles. (photo syndicat Alliance/Facebook)

Des auteurs âgés de 12 à 13 ans

Une enquête a été ouverte afin d’identifier les auteurs de cette attaque, dont certains étaient âgés de seulement 12 à 13 ans. Dans un communiqué, le syndicat Alliance Police Nationale a réclamé « des peines exemplaires », pour que « ces individus cessent de s’en prendre impunément aux forces de l’ordre ».