Gérald Darmanin alerte sur l’explosion «de faits extrêmement violents» post-confinement


Gérald Darmanin le 22 juillet 2020. (photo Ludovic Marin/POOL/EPA/Newscom/MaxPPP)

C’est dans un télégramme adressé aux préfets que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin évoque une situation inquiétante liées au « développement de faits extrêmement violents » aux « conséquences de la crise sanitaire ».

« Depuis le début de l’année, nous assistons au développement de faits extrêmement violents », écrit Gérald Darmanin dans ce télégramme daté de vendredi, que nous avons consulté, qui a été révélé par Le Figaro. Des faits qui « sont vraisemblablement liés aux conséquences de la crise sanitaire dont notre pays est en train de sortir ». Le nombre de forcenés délogés par les policiers du RAID ou les gendarmes du GIGN ont progressé ces dernières semaines, notamment.

La note du ministre fait état d’une « progression de 20% des faits de violences intrafamiliaux (cinq premiers mois de l’année 2021 rapprochés à ceux de 2020) » incluant « la multiplication de faits graves de violences intraconjugales (homicides et tentatives d’homicides) ». La place Beauvau évoque également une augmentation « de 137% (passage de 24 à 57 cas, même période) des interventions par le GIGN et le RAID sur des individus dangereux retranchés («forcenés») ».

Il est également mentionné qu’une progression de 28% a été constatée en ce qui concerne les « violences à l’encontre des services de sécurité, de santé et de secours », alors que les violences urbaines sont « dans un contexte de stabilité générale », sur les quatre premiers mois de l’année.

« Ces faits et leur gravité doivent appeler une réponse forte pour autant différente du traitement de la délinquance de droit commun », demande Gérald Darmanin. Le ministre demande ensuite à l’ensemble des préfets de lui faire parvenir une « analyse », « dressant un état des lieux de ces faits de violences sur les cinq premiers mois de l’année », pour le 9 juin prochain. « Votre contribution comportera une appréciation circonstanciée du développement de ces faits », précise Gérald Darmanin.

« 185 expulsions du territoire » durant les 11 derniers mois

Le ministre de l’Intérieur a également évoqué, en préambule, les bons résultats en matière de lutte contre les stupéfiants. Il se félicite de « l’augmentation de 82% des verbalisations pour usages et de 39% des démantèlements de trafics de janvier à mai 2021 » ainsi que des « hausses de saisies de cannabis et d’héroïne de 43% et de 99% au premier trimestre 2021 ».

Par ailleurs, « les étrangers menaçants l’ordre public ont été systématiquement reconduits : 185 expulsions du territoire ont été menées ces 11 derniers mois », peut-on également lire dans ce télégramme qui précise que « depuis le 1er octobre 2020, plus de 20 000 étrangers ont vu leurs titres être refusés, retirés ou dégradés, notamment pour des motifs d’ordre public ».