Gérald Darmanin dépose plainte contre Audrey Pulvar suite à ses propos sur la manifestation des policiers


Gérald Darmanin, le 11 septembre 2020. (photo Aurelien Morissard/IP3 Press/Maxppp)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce dimanche qu’il déposait plainte à l’encontre d’Audrey Pulvar, tête de liste des socialistes aux élections régionales en Île-de-France.

« Les propos de Madame Pulvar dépassent le simple cadre d’une campagne électorale et viennent profondément diffamer la police de la République. Je porte plainte au nom du ministère de l’Intérieur », a écrit Gérald Darmanin sur Twitter ce dimanche soir. L’entourage du ministre, lui-même candidat aux régionales dans les Hauts-de-France et aux départementales dans le Nord, a fait savoir qu’il s’agissait d’une plainte pour diffamation.

Samedi sur franceinfo, l’ex-journaliste Audrey Pulvar a évoqué la manifestation des policiers devant l’Assemblée nationale, qui selon elle, « soutenue par l’extrême droite, à laquelle participe un ministre de l’Intérieur, qui marche sur l’Assemblée nationale pour faire pression sur les députés en train d’examiner un texte de loi concernant la justice, c’est une image qui pour moi était assez glaçante ». Ce sont ses propos qui sont vraisemblablement visés par la déposition du ministre de l’Intérieur.

Dans un communiqué ce dimanche soir, le collectif « Île-de-France en Commun » qui soutient la candidature d’Audrey Pulvar aux élections régionales, évoque une « tentative d’intimidation d’une candidate d’opposition, par un ministre de l’Intérieur, par ailleurs en charge de l’organisation des élections, à quatre semaines d’un scrutin majeur dans notre pays ».

Une vidéo de juin 2020 republiée sur Twitter

Une vidéo amateur a également refait surface ce samedi à la suite des déclarations d’Audrey Pulvar au micro de franceinfo. Sur cette séquence d’une minute et demi, qui date du 9 juin 2020 lors d’une manifestation contre les « violences policières », sur la place de la République à Paris, l’ex-journaliste parle notamment du « racisme dans la police », puis de l’affaire Malik Oussekine, cet homme de 22 ans mort après avoir été violemment frappé par plusieurs policiers, en 1986 à Paris, affirmant « attendre encore les excuses de la police française pour cet assassinat ».

Audrey Pulvar déclare ensuite « que le racisme dans la police, c’était il y a 15 ans, Zyed et Bouna. Nous attendons encore les excuses de la police ». Dans cette affaire dans laquelle les deux adolescents de 17 et 15 ans sont morts après s’être réfugiés dans un site EDF, le tribunal n’a pas retenu les charges de non-assistance à personne en danger contre les deux policiers concernés, qui n’ont donc pas fait l’objet de poursuites. Audrey Pulvar continue son discours en citant les noms de Théo et d’Adama Traoré, toujours en évoquant « le racisme dans la police ». La vidéo a été vue près de 170 000 fois.