Gilets jaunes : 500 plaintes contre Christophe Castaner pour «entrave à la liberté de manifestation» classées sans suite.

(photo Twitter @CCastaner)

La première plainte avait été déposée par le député de La France insoumise (LFI) Ugo Bernalicis.


Près de 500 plaintes pour « entrave à la liberté de manifestation », visant le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ont été classées sans suite a annoncé la Cour de cassation ce jeudi, dans un communiqué.

Ugo Bernalicis avait déposé la première plainte le 16 janvier dernier, après les déclarations de Christophe Castaner disant que « ceux qui viennent manifester dans des villes où il y a de la casse d’annoncée savent qu’ils seront complices de ces manifestations-là » durant un interview en direct sur le média numérique Brut. 500 autres personnes avaient alors déposé la même plainte.

Dans son communiqué, la Cour de cassation explique qu’elle « ne donne pas suite à ces plaintes et ne saisit pas la commission des requêtes », après s’être basée sur l’article 431-1 du Code pénal, estimant « que les propos dénoncés ne peuvent recevoir une telle qualification pénale » d’entrave à la liberté de manifester.