Gilets jaunes à Bordeaux : La préfecture craint la présence de plusieurs centaines de black blocs pour l’acte 20


Illustration. (Gérard Bottino / Shutterstock)

Le maire de Bordeaux a invité tous les commerçants a baisser leurs rideaux ce samedi et a invité les habitants à rester chez eux. Nicolas Florian a appelé à une « ville morte » alors que l’acte XX des Gilets jaunes se prépare.

Plusieurs milliers de manifestants sont attendus à Bordeaux (Gironde) ce samedi pour l’acte XX. De nombreux messages appelant à rejoindre la ville circulent sur les réseaux sociaux. Des figures du mouvement contestataire sont également attendus sur place.

Le maire craint la présence de plusieurs centaines de casseurs de type black blocs. Une information provenant des services de renseignements précise Sud-Ouest. « Je décrète la ville morte demain à Bordeaux. Je suis très inquiet de ce qui pourrait se passer. On nous annonce des centaines de casseurs, de gens qui sont là pour en découdre » a déclaré le successeur d’Alain Juppé ce vendredi matin.

« Je demande aux commerçants de baisser leur rideau pour se protéger, et je demande aux Bordelaises et aux Bordelais de rester chez eux afin de permettre aux forces de police de faire leur travail et qu’on ne prenne pas le risque d’un accident » a ajouté Nicolas Florian.

La préfecture de Nouvelle-Aquitaine a également indiqué dans un communiqué, prendre très au sérieux la « volonté manifeste de certains groupes, violents et très déterminés, de provoquer d’importants troubles à l’ordre public et des dégradations ».

Un arrêté interdisant les manifestations dans de nombreux lieux

Un arrêté préfectoral a été pris concernant samedi et a élargi les lieux interdits aux manifestations, dont la place des Victoires, alors qu’aucune déclaration de manifestation des Gilets jaunes n’a été transmise pour le moment.

« Pour l’heure, aucune déclaration de manifestation de « gilets jaunes » n’a été déposée en préfecture, à l’exception du village citoyen devant la maison éco-citoyenne de Bordeaux. Comme chaque semaine, plusieurs appels circulent sur les réseaux sociaux qui invitent à se rassembler et à manifester samedi dans le centre-ville de Bordeaux » indique la préfecture dans son communiqué diffusé ce vendredi matin.

« Face à la volonté manifeste de certains groupes, violents et très déterminés, de provoquer d’importants troubles à l’ordre public et des dégradations ce samedi dans le centre ville, et de se confronter aux forces de l’ordre, le dispositif de sécurité et de secours sera renforcé afin de limiter tout risque d’atteintes aux personnes et aux biens » indique le message.

Interdiction de transporter des feux d’artifices, du carburant ou des produits inflammables

Des mesures de police administrative ont également été prises par la préfecture, interdisant notamment la vente, le transport et l’utilisation d’artifices de divertissement, de carburants, d’acides et de tous produits inflammables ou chimiques du 29 mars jusqu’au 1er avril.

Une centaine de commerçants se sont rassemblés sur la rue Sainte-Catherine, une rue piétonne de Bordeaux, pour exprimer leur « ras-le-bol » de la casse tous les samedis.