Gilets Jaunes : Le maire de Toulouse, casque sur la tête, s’est infiltré parmi les casseurs.

Jean-Luc Moudenc (Wikimedia)

L’homme n’a pas hésité à enfiler une tenue pour infiltrer le mouvement.


Jean-Louis Moudenc, le maire de Toulouse, casque de moto vissé sur la tête s’est joint aux éléments les plus virulents des Gilets Jaunes. Son but ? « Comprendre comment opèrent les casseurs », selon lui.

Des « membres d’extrême droite » qui cohabitent avec des l’ultragauche

L’édile de la ville rose, a affirmé avoir infiltré les casseurs « une dizaine de minutes »… Assez selon lui pour témoigner de la cohabitation entre des « membres d’extrême droite » et de l’ « ultragauche » : « Je n’imaginais pas qu’ils puissent être à ce point en communion de pensée et d’action » a-t-il affirmé.

Et l’élu, de détailler : « J’ai vu l’hétérogénéité de la composition des groupes violents, chacun étant reconnaissable par des codes vestimentaires différents, ainsi que l’efficacité très élaborée de leur ‘équipement’ d’attaque et de leur protection contre les gaz ».

Sur BFMTV, le maire de Toulouse a conclu : « J’ai assisté à une triste réalité face à ces gens qui n’ont rien à faire de la loi et veulent casser la démocratie ».