Gironde : Un couple surpris en plein sommeil par un agresseur armé d’une machette, 2 blessés


Illustration. (Shutterstock / Gulliver20)

La possibilité qu’il s’agisse d’un cambriolage qui aurait dégénéré en violente agression est évoquée, mais l’enquête criminelle en cours ne fait que commencer.

Un intrus a fait irruption dans une maison située chemin de Balesta sur la commune de Pian-Médoc, près de Bordeaux (Gironde), ce lundi vers 6h30 du matin. Dans l’habitation, se trouvaient un couple et leurs deux enfants âgés d’une dizaine d’années, rapporte Sud Ouest. « Le couple a été réveillé par le bruit de l’effraction d’une fenêtre de la maison », a indiqué Frédérique Porterie, procureure de la République de Bordeaux.

L’homme âgé d’une trentaine d’années, armé d’une machette, s’est retrouvé face au père de famille et une bagarre a éclaté. Durant le violent échange de coups, l’arme blanche en possession est tombée au sol. L’habitant l’a ramassée et en a porté plusieurs coups à son adversaire.

L’occupante prend ses enfants et part les mettre à l’abri

Dans le même temps, la mère de famille a récupéré ses deux enfants et a pris la fuite pour les mettre en sécurité. Son époux a réussi à blesser l’agresseur, le mettant en fuite. Il s’est également entaillé la main avec la machette durant la lutte.

Durant sa course pour s’enfuir, l’agresseur a croisé la mère de famille dans la rue Pasteur et s’est jeté sur elle, rapporte le quotidien régional. Son époux est rapidement arrivé et a maîtrisé le fuyard en le bloquant au sol. Ce dernier était grièvement blessé à une jambe et souffrait d’une importante hémorragie. Les riverains ont été réveillés par ses cris. Le père de famille lui a alors prodigué les gestes de premiers secours en attendant les pompiers.


Une enquête ouverte pour « tentative de meurtre »

Le trentenaire a été pris en charge et transporté au CHU. Il devait subir une intervention chirurgicale lundi après-midi. Une enquête pour « tentative de meurtre » a été ouverte par le parquet et confiée à la brigade de Macau ainsi qu’à la Brigade des recherches (BR) de Lesparre. L’état de santé du suspect ne lui a pas permis d’être auditionné par les gendarmes pour le moment.

Les lieux de l’agression ont été bouclés par les militaires. Les spécialistes de l’Identification criminelle ont procédé à des relevés de traces et indices pour permettre de faire la lumière sur ces faits particulièrement graves.