Gravement blessée à la mâchoire au Bataclan, Gaëlle a subi 21 opérations pour retrouver le sourire.

Gaëlle a subi de nombreuses opérations depuis plus de trois ans. (DR)

Gaëlle se trouvait dans le Bataclan, le 13 novembre 2015, pour le concert des Eagles of Death Metal. Gravement blessée à la mâchoire, elle a subi 21 opérations pour retrouver le sourire.


C’est à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (XIIIe) que Gaëlle, 37 ans aujourd’hui, a été opérée à 21 reprises, pour que sa mâchoire soit reconstruite, notamment avec un lambeau de son péroné. Cette dernière avait été blessée par des tirs des terroristes, au bras et au visage, mais a survécu. Son compagnon est malheureusement décédé dans cet attentat terroriste.

« J’ai retrouvé un semblant de bouche. J’ai pu parler à la fin du mois de décembre 2015 et manger en juin 2016. Maintenant j’en suis au stade des prothèses dentaires » raconte-t-elle au site actu.fr.

Un médecin français ayant mis au point une technique spécifique

Les médecins ont ensuite orienté Gaëlle vers la clinique Saint-Martin à Caen (Calvados), où exerce le docteur Daniel Labbé, afin qu’il traite l’aspect esthétique de son visage.

Ce chirurgien plasticien a mis au point une technique il y a 20 ans, permettant de redonner le sourire à des personnes atteintes de paralysie faciale. Un savoir aujourd’hui enseigné dans plusieurs pays dans le monde.

Depuis octobre 2017, Gaëlle a été opérée quatre fois par le docteur Labbé. « Gaëlle avait encore des muscles qui fonctionnaient au niveau de ses pommettes. Je suis allé chercher les moignons de ces muscles pour les raccorder aux tendons » explique le chirurgien, qui a également réalisé des injections de graisses et de cellules souches prises dans le ventre ou les cuisses de la jeune femme.

« J’ai appris à accepter que mon visage change »

Aujourd’hui, lorsque Gaëlle sourit, un mouvement se déclenche dans la partie gauche de son visage. « Aujourd’hui, ma lèvre bouge de mieux en mieux. Je sens de petits fourmillements, c’est magique ! Pour l’heure chaque opération est un petit plus », a-t-elle raconté à ce même média.

Gaëlle n’a pas repris le travail depuis le 13 novembre 2015, elle apprend à se faire à son niveau visage, et à l’accepter. « J’étais là au mauvais moment. J’ai vécu 34 ans avec un visage normal, explique-t-elle. J’ai appris à accepter que mon visage change » explique-t-elle.

Son combat se poursuit, à Caen avec le docteur Labbé, mais également à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière où elle est toujours suivie pour la partie intérieure de sa mâchoire.

En 2017, Gaëlle avait donné une interview à Allodocteurs (voir ci-dessous).

Gaëlle retrouvée par son sauveteur le mois dernier

Le mois dernier, Gaëlle avait échangé pour la première fois avec Cédric, l’un des médecins du SAMU qui l’a prise en charge le soir de l’attentat. Ils n’avaient plus jamais eu de contact depuis ce dramatique soir du 13 novembre.

Cédric a reconnu le visage de Gaëlle dans le journal Le Parisien, qui avait fait deux pages au sujet de l’exposition de la photographe Candice Cellier, consacrée à la réparation des visages à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.