Haute-Loire : Des individus encagoulés font irruption dans un lycée, y mettent le feu et attaquent le proviseur


Le lycée Jean-Monnet du Puy-en-Velay a été saccagé. (capture écran Google view)

Trois individus encagoulés ont pénétré dans le lycée professionnel Jean-Monnet au Puy-en-Velay. Après avoir mis le feu dans l’établissement, ils s’en sont pris au proviseur qui dormait.


Les locaux et le gymnase ont été considérablement endommagés. Au moins trois individus ont pénétré par effraction dans un lycée du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ce jeudi matin peu avant 5 heures, en brisant une vitre. Les agresseurs ont mis le feu au self du lycée mais également au gymnase en éparpillant des papiers raconte L’éveil de la Haute-Loire.

Ces derniers sont alors allés jusqu’à la porte du proviseur dont l’appartement se situe au dessus du self. « J’ai entendu qu’on tapait à la porte de l’appartement. Je suis allé ouvrir et je me suis retrouvé nez à nez avec deux individus encagoulés, vêtus de noir. Je les ai sentis belliqueux. J’ai juste eu le temps de refermer la porte et d’appeler la police », a-t-il raconté au journal local.

L’un des agresseurs muni d’un chalumeau

L’homme a pu par ailleurs constater que l’un des individus était muni d’un chalumeau. Un outil qui aurait servi à allumer les incendies mais également à bruler partiellement la porte de l’appartement de fonction du proviseur.

Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour éteindre le feu, et ils ont du faire vite car le bâtiment est équipé d’une chaudière à gaz qui aurait pu exploser.

Les suspects avaient déjà quitté les lieux. Un témoin aurait toutefois pu constater qu’ils étaient trois. Fort heureusement, il n’y a pas eu de blessé.

Des inscriptions sur une table

« Cette nuit, le proviseur du lycée Jean Monnet du Puy-en-Velay, sans élèves en cette période de vacances scolaires, a fait l’objet d’une agression et un feu a détruit l’espace de restauration collective du lycée, ne faisant aucune victime », a écrit le rectorat de l’académie de Clermont-Ferrand dans un communiqué, qui a d’autre part ajouté que la rentrée sera tout de même assurée ce lundi.

La police qui s’est rendue sur place a ouvert une enquête. Les enquêteurs ont découvert des inscriptions sur une table à l’intérieur du gymnase. »Quitter l’école Macron fdp » peut-on lire.