Homme au couteau neutralisé à Ermont : deux agents de la SUGE interrogés en garde à vue après les tirs mortels


Un homme armé d'un couteau a été mortellement neutralisé par balles à Ermont. (DR)

Deux agents de la sûreté ferroviaire (SUGE) étaient toujours en garde à vue ce jeudi soir, interrogés par les enquêteurs de la police judiciaire suite à leur intervention durant laquelle ils ont mortellement neutralisé un homme armé d’un couteau, près de la gare d’Ermont-Eaubonne (Val-d’Oise).

Un homme âgé de 36 ans armé d’un couteau a été neutralisé par balles par des agents de la SUGE ce mercredi après-midi vers 16 heures près de la gare d’Ermont-Eaubonne, alors qu’il se montrait très menaçant. Deux des cinq agents étaient toujours en garde à vue ce jeudi soir selon une source proche de l’enquête. Les trois autres ont été laissés libres.

Cinq coups de feu ont été tirés et le suspect a été atteint par quatre tirs. Il est rapidement décédé des suites de ses blessures. Les agents de la SUGE avaient repéré cet homme sur le quai de la gare alors qu’il menaçait des voyageurs attendant leur train.

« Tuez-moi ou je vais en tuer un »

Le trentenaire avait ensuite pris la fuite vers l’extérieur avant de croiser la route d’un groupe de 11 enfants et leurs deux accompagnateurs. « Tuez-moi ou je vais en tuer un », aurait lâché l’agresseur, qui avait toujours son couteau en main. Il aurait également touché des enfants mais pas avec son arme blanche. Une vidéo amateur montrant une partie des faits a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Une autopsie va être pratiquée ainsi que des analyses toxicologiques qui permettront de déterminer si cet homme de nationalité haïtienne avait consommé de l’alcool ou des produits stupéfiants. Son casier judiciaire comportait une quinzaine de mentions et il était bien connu des services de police.

Les investigations de la police judiciaire devront notamment confirmer que les agents de la SUGE ont bien agi en état de légitime défense ou en état de nécessité. De leur côté, les syndicats FO et UNSA Ferroviaire ont apporté leur « soutien plein et entier » à leurs collègues impliqués, saluant leur « professionnalisme ».