Huit enfants font partie des 12 morts dans l’incendie d’un immeuble à Philadelphie

Les pompiers et la police sur les lieux de l'incendie qui a fait 12 morts, dont huit enfants, dans un petit immeuble d'habitations de Philadelphie (Pennsylvanie), le 5 janvier 2021 - AFP

Un incendie important incendie s’est déclaré dans un immeuble de Philadelphie, en Pennsylvanie (États-Unis) tôt ce mercredi matin. Douze personnes ont perdu la vie dont huit enfants. Un « très grand nombre de personnes » vivaient dans ces petites appartements ont indiqué les pompiers.

Jacuita Purifoy a perdu trois sœurs et sept neveux et nièces : l’incendie qui a touché mercredi à l’aube un petit immeuble de logements sociaux a laissé un quartier du centre de Philadelphie sous le choc, avec un lourd bilan de 12 morts dont huit enfants. « Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi dire (…) Mes sœurs, mes neveux et mes nièces sont partis, ils ne reviendront jamais », soupire, bouleversée, Jacuita, 37 ans, qui a retrouvé l’une de ses autres sœurs, Qaadira, drapée dans une couverture rouge et blanche de l’Armée du salut.

Les proches de victimes sont réunis devant une école, tout près de l’immeuble de trois étages en brique, typique de certaines villes américaines, où les flammes n’ont laissé aucune chance aux treize disparus. La tragédie a eu lieu dans le quartier central et résidentiel de Fairmont, près des grands musées de Philadelphie.

Après un premier bilan de 13 victimes, la mairie a annoncé dans la soirée que douze personnes, quatre adultes et huit enfants, étaient décédées. « Ils comptaient pour nous. Ils étaient censés continuer à vivre et mourir quand ils seraient vieux, et pas de quelque chose qui aurait pu être évité. Si seulement… », continue Jacuita, cheveux courts teints en orange, piercings au sourcil et sur la langue. Elle console sa sœur, en larmes.

Les dix proches qu’elle a perdus sont âgés de 1 à 33 ans. Mais elle s’inquiète aussi pour un autre enfant de la famille, 5 ans, qui a lui été hospitalisé. « Il ne sait pas ce qui se passe. Il veut sa mère, son père, ses sœurs, ses cousins, tous ceux avec qui il a vécu depuis cinq ans et dont il ne sait pas qu’ils sont morts », ajoute Jacuita.

La façade noircie par les flammes de l’immeuble où a eu lieu un incendie qui a fait 13 morts, dont sept enfants, dans un quartier central de Philadelphie, le 5 janvier 2021 – GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

« Feu intense »

« C’est sans aucun doute l’un des jours les plus tragiques de l’histoire de notre ville », a déclaré le maire de Philadelphie, Jim Kenney. Un pompier, Craig Murphy, a parlé d’un « bilan terrible », évoquant « l’un des pires incendies » pour lui en 35 ans d’exercice. Les pompiers sont arrivés sur les lieux à 06H40 (11H40 GMT) et ont dû affronter « un feu intense provenant du deuxième étage d’une maison » qui en compte trois. « Il a fallu 50 minutes pour maîtriser le feu », ont-ils précisé. L’immeuble, propriété de la ville, est affilié aux logements sociaux fédéraux.

« Selon mes paroissiens, les gens qui y vivent sont plutôt des gens qui ont besoin d’aide », a déclaré à l’AFP le prêtre d’une église catholique ukrainienne toute proche, Ruslan Borovyi. « C’est une grande tragédie, nous allons organiser une prière ce soir et nous allons voir comment nous pouvons les aider », a-t-il ajouté.

Enquête ouverte

Le bâtiment se trouve au milieu d’une rangée de petites maisons, le long d’un bloc aux façades en brique. Plusieurs fenêtres y sont totalement noircies, ainsi qu’une partie du toit. Les pompiers ont annoncé l’ouverture d’une enquête qui devra déterminer comment le feu a pris, pourquoi il s’est propagé si rapidement et quelles étaient les issues de secours. Selon Craig Murphy, « il y avait quatre détecteurs de fumée mais aucun ne fonctionnait ». Il a ajouté qu’un « très grand nombre de personnes » habitaient dans seulement deux logements, en assurant que huit personnes avaient réussi à s’échapper des flammes et deux autres avaient été hospitalisées.

« Nous ne pouvons pas porter de jugement sur le nombre de personnes qui habitaient dans cet immeuble », a ajouté le maire, en suggérant que, « peut être, il y avait des membres de ces familles qui avaient besoin d’être à l’abri ».

De son côté, l’agence du logement de Philadelphie a assuré que l’immeuble avait été inspecté en mai 2021 et qu’à l’époque, tous les détecteurs fonctionnaient. Le bilan est l’un des plus meurtriers pour Philadelphie, grande ville de Pennsylvanie et la sixième plus peuplée des États-Unis (environ 1,5 million d’habitants). En 2008, sept immigrés étaient mort après l’explosion d’un chauffage au kérosène, dans un petit immeuble en brique.

En décembre 2017, un incendie dans le quartier du Bronx, à New York, avait tué 12 personnes dont quatre enfants, le plus grave en 25 ans dans la ville. Il avait été provoqué par un enfant de trois ans et demi qui jouait avec une cuisinière à gaz.