Villeneuve-Saint-Georges : Il tente de casser la porte d’une maison avec un marteau et braque les policiers avec une arme de poing


Illustration Actu17 ©

Les policiers sont intervenus ce mardi soir à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour un individu qui était en train de dégrader la porte d’une maison avec un marteau. A leur arrivée, le suspect les a braqués avec un revolver.

L’habitant d’une petite maison de la rue des Saussaies de Villeneuve-Saint-Georges a fait appel à la police ce mardi soir, peu après 22 heures. Il a expliqué qu’un individu était en train d’essayer de fracturer la porte d’entrée de sa maison avec un marteau.

Un équipage de police s’est rapidement dirigé sur place. A leur arrivée, les trois policiers ont aperçu un homme qui se trouvait devant la maison du requérant, puis tout est allé très vite. Ce dernier a soudainement placé ses mains dans son dos et s’est saisi d’une arme de poing qu’il a braquée sur eux.

Les fonctionnaires s’étaient déjà approchés du suspect et leur positionnement leur a permis d’intervenir en quelques instants. L’agresseur a été amené au sol et maîtrisé, malgré sa violente opposition.

Une policière légèrement blessée

Le mis en cause a malgré tout frappé les policiers en leur portant des coups de pied, puis de nouveau lorsqu’il est arrivé à hauteur du véhicule de police, pour être conduit au commissariat. Une policière a chuté après avoir reçu un coup et a été légèrement blessée.


Le riverain qui avait fait appel à la police, a raconté que le mis en cause l’avait frappé au visage avant de s’en prendre à la porte d’entrée de son habitation. Il a précisé qu’il déposerait plainte dès ce mercredi.

Il était en état d’ivresse

Le mis en cause âgé de 29 ans et originaire de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), a été placé en garde à vue différée. Il avait 1,80 gramme d’alcool par litre de sang et a passé la nuit en cellule de dégrisement.

Concernant ses motivations, l’homme a évoqué lors de ses premières déclarations une agression sexuelle dont sa compagne aurait été victime il y a deux ans, et qui aurait été commise par le riverain à qui il s’est attaqué. Des affirmations qui devront être vérifiées par les enquêteurs.

Quant à l’arme de poing qu’il a braquée sur les forces de l’ordre et qui aurait pu entraîner une riposte mortelle, il s’agissait d’un revolver démilitarisé. L’enquête a été confiée au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges.