Injures racistes dans un supermarché en Haute-Savoie : six mois de détention à domicile pour la cliente


Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il était possible de voir une cliente proférer des insultes racistes envers une employée. (capture écran/DR)

Une aide-soignante de 34 ans a écopé d’une peine de six mois de détention à domicile sous surveillance électronique pour vol et injures racistes, à l’encontre d’une caissière d’un magasin Carrefour à Annemasse (Haute-Savoie).

La vidéo avait été diffusée sur les réseaux sociaux et visionnée des centaines de milliers de fois, provoquant l’indignation. Lilia Hafsi avait été filmée alors qu’elle proférait des insultes racistes contre une caissière de type africaine, alors qu’elle sortait du supermarché Carrefour d’Annemasse. « Sale négresse, sale noire. Tu vois les Africains comme toi, ça donne envie de les tuer », avait-elle lâché, puis « Nique ta mère ».

Cette femme de 34 ans a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains. Le procureur de la République, Bruno Badré, avait réclamé à son encontre dix mois de prison, dont six ferme, dans le but de punir « des propos qui abiment le vivre-ensemble, qui fragilisent le pacte social qui fonde notre société », rapporte Le Figaro.

« Je me suis sentie humiliée, rabaissée »

La prévenue a reconnu les insultes et s’est excusée. Elle a ajouté que ses paroles avaient « dépassé (ses) pensées », tout en affirmant avoir répondu à des insultes que la caissière aurait proféré, car elle s’inquiétait d’un possible vol à la caisse automatique. La prévenue a été reconnue coupable de ce vol par le tribunal, mais également pour ses injures racistes. « Je me suis sentie humiliée, rabaissée. J’ai même pas les mots pour vous le dire », a témoigné la victime à la barre.

Le procureur a, en outre, rappelé que la trentenaire avait déjà été condamnée à onze reprises par le passé, dont la dernière fois en 2020 pour vol et menace de mort sur le vigile d’un magasin de Grenoble.

Le tribunal de Thonon-les-Bains a condamnée Lilia Hafsi à une peine de six mois de prison qu’elle purgera sous bracelet électronique, à son domicile.