Insultes antisémites contre Alain Finkielkraut : le parquet de Paris ouvre une enquête.


Alain Finkielkraut, le 8 septembre 2015. (photo Renaud Camus / Flickr)

Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut, a été violemment insulté ce samedi à Paris, dans le quartier de Montparnasse, alors qu’il se trouvait à proximité d’une manifestation de Gilets jaunes. Le parquet a ouvert une enquête.

Alain Finkielkraut a été la cible d’une pluie d’insultes en pleine rue, dont certaines étaient antisémites. Le parquet de Paris a annoncé ce dimanche avoir ouvert une enquête pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

La scène a été filmée par un journaliste de Yahoo, boulevard de Montparnasse à Paris (XIVe), ce samedi après-midi.

« Sale sioniste de merde ! »« dégage », ont hurlé plusieurs individus à l’encontre du philosophe. « Nique ta mère », a lancé un autre, tandis que plusieurs autres personnes criaient « Palestine ». D’autres insultes sont audibles, comme « sale juif ».

« Une haine absolue »

Interrogé par Le JDD, Alain Finkielkraut raconte avoir « ressenti une haine absolue ». La victime précise aussi avoir été rassurée par la présence de policiers : « J’aurais eu peur s’il n’y avait pas eu les forces de l’ordre, heureusement qu’ils étaient là. »

L’un des auteurs identifié annonce Christophe Castaner

Le président de la République Emmanuel Macron a réagi dès samedi soir à ces faits. « Les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolèrerons pas », a-t-il écrit sur Twitter.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a pour sa part indiqué ce dimanche matin que « le principal auteur des injures » avait été « identifié ».

« Il faudrait prendre des mesures pour que ces personnes qui tiennent des propos racistes puissent être jugés en comparution immédiate dans les meilleurs délais », a déclaré Mario Stasi, le président de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), interrogé par BFMTV.