Isère : Le détenu appelle et menace son ex-compagne plus de 2 700 fois depuis la prison


Illustration. (ErikaWittlieb / pixabay)

L’homme était en prison pour « menaces de mort » et « appels malveillants » envers son ex-compagne. Cela ne l’a pas empêché de continuer.

Ce détenu de la Maison d’Arrêt de Grenoble-Varces (Isère) s’est procuré des téléphones durant son séjour en prison et en a profité pour passer plus de 2 700 appels malveillants à son ex-compagne, en trois mois.

Le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné le détenu, Mehdi D. à huit mois de prison ferme supplémentaires, relate Le Dauphiné.

Déjà en prison pour des faits similaires

Le trentenaire avait déjà été écroué en mai dernier pour « outrages, menaces de mort, appels téléphoniques malveillants et non respect d’une interdiction imposée par une ordonnance de protection ». Il s’était vu sanctionné par 18 mois de prison dont six avec sursis et mise à l’épreuve.

En outre, il s’était vu notifier une interdiction de joindre la mère de ses deux enfants.


Trois téléphones en prison

Visiblement pas échaudé par sa condamnation, le prisonnier est parvenu à obtenir trois téléphones différents, retrouvés dans sa cellule. Des moyens de communication qu’il a utilisés entre le 25 mai et le 6 août dernier, pour passer environ 2 700 appels.

Son ex-compagne avait alors déposé plainte pour harcèlement le 7 août.

Il reconnaît les faits qui lui sont reprochés

À l’audience, le prévenu a reconnu être l’auteur des appels, mais pas leur caractère malveillant. « Je sais qu’on n’a pas le droit d’avoir un téléphone en prison. Mais je n’avais pas de nouvelles de mes enfants. Je voulais juste leur parler et les rassurer » a-t-il affirmé.

Ses justifications n’ont pas porté si l’on en croit sa nouvelle condamnation à huit mois de prison ferme.