Italie : De richissimes membres de la mafia calabraise détournent plus de 500 000 € d’aides sociales


Illustration. (photo Guardia di Finanza italienne)

De riches membres haut placés de la mafia calabraise ont indûment perçu des aides sociales destinées aux Italiens les plus pauvres. Le détournement d’argent est important, et les mis en cause vont devoir rembourser.


Plus d’une centaine de mafieux de la ‘Ndrangheta, la puissante mafia calabraise, ont demandé à bénéficier, et perçu, le « revenu de citoyenneté » de la part de l’Etat, relate La Repubblica. Il s’agit d’une aide sociale destinée aux Italiens vivant sous le seuil de pauvreté.

L’enquête menée par la Guardia di Finanza (la police douanière et financière italienne, ndlr) a mis au jour un vaste détournement de cet argent, qui s’adresse au cinq millions d’Italiens les plus pauvres, pour favoriser leur réinsertion et la relance de la croissance économique par la demande. À titre indicatif, le montant du revenu de citoyenneté est de 780 euros par mois pour une personne seule.

Des membres haut placés de la mafia calabraise

L’enquête visait plus de 500 personnes, mais au final seule une centaine d’entre elles devront rembourser les sommes indûment perçues. Au total, l’Etat devrait ainsi récupérer 516 000 euros détournés par les suspects durant des mois.

101 mafieux sont dans le collimateur de la justice italienne, dont des personnages richissimes, proches de « boss » de la ‘Ndrangheta ou ayant un « rôle hiérarchique » au sein de cette organisation criminelle, indique la police de Calabre dans un communiqué.

Au tableau des mis en cause figurent notamment des enfants de Roberto Pannunzi, surnommé le « Pablo Escobar » italien. Ce mafieux en cavale depuis des années après une évasion « est unanimement considéré par les enquêteurs italiens et américains comme un des plus importants [trafiquants] mondiaux de cocaïne, et qui se vantait de ne pas compter l’argent mais de le peser », selon les autorités italiennes.

Le beau-fils d’un producteur de cocaïne de Medellín

Son fils Alessandro Pannunzi, mis en cause dans cette affaire, est le mari « de la fille de l’un des principaux producteurs colombiens de cocaïne, installé à Medellín », précise la police. Tout comme son père, Alessandro a fait ses armes dans le milieu du trafic international de cocaïne.

Il avait été interpellé en 2018, avant de ressortir de prison un an plus tard. C’est à ce moment-là qu’il avait fait une demande pour percevoir le revenu de citoyenneté. Une aide sociale obtenue malgré qu’il n’ait pas fourni d’information sur sa domiciliation. Des saisies seront certainement nécessaires aux autorités du pays pour récupérer l’argent.