Italie : Un pont de 300 mètres s’est effondré en Toscane durant le confinement


Vue du ciel du pont d’Aulla, en Toscane, effondré. (capture vidéo Vigili del Fuoco)

Une catastrophe a sans doute été évitée, paradoxalement, grâce au confinement lié à la pandémie de Covid-19. Le pont qui enjambait le fleuve Magra, d’une longueur de quelque 300 mètres, « s’est effondré sur lui-même », a indiqué le maire d’Aulla. Seul un blessé léger est à déplorer.

D’habitude très fréquenté, l’édifice long de 300 mètres et situé en Toscane, dans le nord de l’Italie, s’est écroulé ce mercredi. Il s’agit là d’un nouvel exemple de la vétusté des infrastructures routières italiennes, après l’effondrement meurtrier d’un viaduc à Gênes durant l’été 2018.


Dans un communiqué, le ministère des Transports italien a indiqué que la victime présente « selon les premières informations, des blessures légères ». Un rapport détaillé a été demandé par la ministre Paola De Micheli à Anas, la société gérant cette portion de route depuis 2018.

Pour sa part, la vice-présidente de la Commission Transports de la Chambre des députés et membre du parti Forza Italia de Silvio Berlusconi a dénoncé une situation « extrêmement grave ». « Les premières alarmes sur la stabilité du pont remontent à 2013, mais elles étaient tombées dans le vide. Probablement parce qu’une éventuelle fermeture du pont aurait eu […] des répercussions économiques importantes sur tout le territoire », a-t-elle déclaré.

Pire, après une vague de mauvais temps début novembre 2019, les signalements d’automobilistes s’étaient multipliés, indique l’agence italienne AGI. À Rome, la fragilité du pont de la Magliana sur le Tibre, emprunté par 20 millions de véhicules chaque année, est rappelée de manière régulière par plusieurs experts.

En Italie, nombre d’infrastructures, comme les ponts routiers, ont été bâtis il y a plus d’un demi-siècle. C’était notamment le cas du viaduc de Gênes qui s’est effondré en août 2018, causant la mort de 43 personnes.