Kalachnikov commandée sur le darknet : l’homme fiché S s’était aussi renseigné sur les synagogues


Illustration. (photo hadescom/shutterstock)

Les enquêteurs ont découvert des éléments inquiétants au sujet du suspect qui avait commandé un fusil d’assaut de type kalachnikov et des chargeurs sur le darknet. L’arme et les munitions ont été interceptées par les policiers, et l’homme a été mis en examen et écroué.

Un homme, fiché S, âgé de 27 ans, a été interpellé le 1er septembre dernier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Il avait commandé une kalachnikov avec six chargeurs sur le darknet mais les forces de l’ordre ont intercepté le colis arrivant des États-Unis. Le suspect a été mis en examen pour association de malfaiteur terroriste criminelle 96 heures plus tard, avant d’être écroué.

Les enquêteurs de la section anti-terroriste (SAT) de la police judiciaire parisienne et ceux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) conjointement saisis de cette enquête, ont depuis fait des découvertes inquiétantes révèle RTL.

Des recherches concernant les synagogues et la Syrie

Le suspect avait-il comme projet de commettre un attentat ? Son téléphone a été exploité et les policiers ont découvert qu’il avait fait des recherches au sujet de plusieurs synagogues, mais également concernant les méthodes pour rejoindre la Syrie. Il aurait également recherché un moyen de se procurer une machette. Néanmoins, le dossier n’est à ce stade pas considéré comme un attentat déjoué par les autorités indiquent nos confrères.

Les policiers avaient repéré cet homme car il fréquentait des individus fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Sa commande d’arme sur le darknet a été repérée par les services de renseignements.