Landes : Les trafiquants trahis par le système SKY ECC et interpellés avec 840 kg de cannabis


Illustration. (photo Olivier Dietze/dpa/picture-alliance/MaxPPP)

Les enquêteurs de la police judiciaire de Bordeaux ont démantelé un trafic de stupéfiants. Le cannabis était importé depuis l’Espagne, pour alimenter la région parisienne. Cinq suspects ont été identifiés, avec l’aide du système SKY ECC que la police belge a réussi à pirater. Interpellés en flagrant délit, ces derniers ont été placés en détention provisoire.

Cinq trafiquants de drogue, âgés de 22 à 48 ans, ont été mis en examen, mardi à Bordeaux (Gironde) avant d’être écroués. Ils sont soupçonnés d’avoir organisé depuis plusieurs mois des opérations d’importation de cannabis depuis l’Espagne en direction de la région parisienne. Les enquêteurs de la police judiciaire ont saisi 840 kg de résine de cannabis lors de cette opération qui couronne plus de six mois d’investigations.

Le 28 avril dernier, les enquêteurs de la direction zonale de la police judiciaire de Bordeaux sont mis sur les traces des malfaiteurs par les magistrats de la juridiction interrégionale. Le renseignement provient de l’infiltration du système SKY ECC. Cette société canadienne fournissait des téléphones cryptés réputés inviolables aux malfaiteurs dans le monde entier. Mais la police belge est parvenue à percer le secret avant de diffuser des informations dans tous les pays européens concernées.

Grâce à ces précieux renseignements, les policiers apprennent que Thomas, un Espagnol installé à Hendaye, a organisé une trentaine de livraisons de cannabis, en grande quantité depuis le sud de l’Espagne. Le trafiquant est en relation avec des complices dans les Landes, eux-mêmes en cheville avec des hommes, originaires de la région parisienne et de Dreux (Eure-et-Loir). Cette ville est bien connue pour alimenter des points de deals en Île-de-France et dans tout le pays. Les enquêteurs du service de police judiciaire de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) mènent des opérations de surveillance, épaulés par leurs collègues de Versailles qui se chargent de pister les acheteurs et grossistes de la région parisienne.

Durant le week-end du 2 et 3 octobre, les trafiquants se rendent à Malaga, dans le sud de l’Espagne, au volant d’un Peugeot Boxer et d’une Golf Volkswagen. Ils rentrent, chargés de drogue, le 6 octobre en évitant les péages. La marchandise est conservée à Hendaye. Mais les forces de l’ordre décident d’attendre que leurs clients arrivent pour prendre en charge la marchandise, et ainsi interpeller tout le monde en flagrant délit. Le 8 octobre dans l’après-midi, la drogue est déplacée au domicile de David, un trafiquant notoire à Labenne (Landes).

15 000 euros, sept voitures et deux scooters saisis

Et vers 21h45 un convoi arrive au péage de Bénesse-Maremne. Une Renault Mégane reste dans les environs alors que deux 4X4 Mercedes et Audi se rendent chez David. Les policiers de la brigade de recherches et d’intervention (BRI) sautent par-dessus la clôture et surprennent les malfaiteurs qui chargent les voitures. Lors des perquisitions, ils mettent la main sur 840 kg de résine de cannabis et sur 15 000 euros. Deux suspects parviennent à prendre la fuite dans les bois. Les fonctionnaires interpellent les deux convoyeurs restés dans la voiture ouvreuse, garée non loin du péage. Et l’Espagnol est appréhendé à son domicile. L’opération permet aussi de saisir sept voitures et deux scooters.

Les cinq suspects sont placés en garde à vue à Bayonne. Thomas est le seul à passer aux aveux. Il explique qu’il a mené plusieurs opérations d’importation de drogue en provenance de l’Espagne qui lui ont rapporté entre 5000 et 8000 euros. Son comparse des Landes a gardé le silence. Les trois autres nient toute implication en dépit des constatations des enquêteurs.