Le chanteur Jean-Luc Lahaye placé en garde à vue, soupçonné de viols sur mineures

Jean-Luc Lahaye, en juin 2019 sur la scène des Foires de Champagne à Troyes. (PhotoPQR/Maxppp)

Le chanteur Jean-Luc Lahaye, 68 ans, ainsi que sa fille, ont été placés en garde à vue ce mercredi matin dans les locaux de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Les policiers soupçonnent l’artiste d’avoir abusé sexuellement de deux mineures.

Les ennuis se poursuivent pour le chanteur Jean-Luc Lahaye. L’artiste a été interpellé ce mercredi matin à Paris avant d’être placé en garde à vue à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), pour « viols et agressions sexuelles sur mineur de plus de 15 ans » ainsi que « corruption de mineur » révèle Le Parisien. Jean-Luc Lahaye est soupçonné d’avoir abusé sexuellement de deux adolescentes âgées de 16 et 17 ans, en 2013 et 2014. Sa fille a quant à elle été placée en garde à vue pour des pressions sur les plaignantes.

Selon les explications des deux jeunes filles, elles étaient au moment des faits sous l’emprise du chanteur, étant des admiratrices de ce dernier. Elles auraient eu des rapports sexuels avec Jean-Luc Lahaye et le sexagénaire leur aurait demandé de se dévêtir au cours de communication en visioconférence.

L’une des deux adolescentes est celle pour laquelle le chanteur a été condamnée en 2015 à un an de prison avec sursis, pour corruption de mineur. Les policiers enquêtent cette fois sur des soupçons de viols. Les deux victimes ont de nouveau déposé plainte en début d’année, affirmant qu’elles avaient pris conscience des agressions subies. Le parquet de Paris a alors décidé d’ouvrir une nouvelle enquête.

Les mères des deux adolescentes en garde à vue

La fille de Jean-Luc Lahaye, Margaux, a été placée en garde à vue pour « subornation de témoin » et « complicité de viol » selon le quotidien francilien. Deux autres femmes ont aussi été placées en garde à vue pour « non-dénonciation de crime » et « complicité de viol ». Il s’agit des mères des deux plaignantes. Elles les auraient poussées à avoir des relations avec Jean-Luc Lahaye et les auraient accompagnées lors de rencontres.