Le Conseil d’État valide l’usage du Lanceur de balles de défense (LBD) pour le maintien de l’ordre.


Illustration. (EQRoy / Shutterstock)

Le Conseil d’État a rejeté ce vendredi la demande de suspension de l’usage des Lanceurs de balles de défense (LBD).

L’usage du LBD 40 fait polémique ces dernières semaines face aux blessés durant les manifestations des Gilets jaunes.

Le Conseil d’État a toutefois estimé que l’usage de cette arme intermédiaire est « d’une part, nécessaire au maintien de l’ordre public compte tenu des circonstances et, d’autre part, proportionné au trouble à faire cesser ».

« Une arme intermédiaire fondamentale »

Le secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur Laurent Nunez avait affirmé que les Lanceurs de balles de défense étaient des « armes intermédiaires fondamentales ».

« Elles permettent de maintenir à distance des manifestants, des casseurs, voire d’aller au contact pour interpeller sans utiliser des moyens pour tuer » avait-il indiqué.


9228 tirs depuis le 17 novembre

Le LBD a été utilisé 9228 fois depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes selon les chiffres de l’Intérieur. Plusieurs personnes ont été blessées suite à l’usage de cette arme intermédiaire, notamment Jérôme Rodrigues samedi dernier, figure des Gilets jaunes.

« L’acte XII » des Gilets jaunes se tiendra ce samedi 2 février partout en France, organisé en « hommage » aux manifestants blessés.