Le contrôle technique des deux-roues finalement suspendu sur demande d’Emmanuel Macron


Illustration. (photo Jose Hernandez Camera 51/shutterstock)

Au lendemain de la publication d’un décret au Journal officiel, le ministère des Transports a annoncé ce jeudi la suspension jusqu’à nouvel ordre de la mesure.

Changement de programme au gouvernement : le nouveau contrôle technique concernant les deux-roues est « suspendu jusqu’à nouvel ordre », à la demande du président de la République Emmanuel Macron, a annoncé le ministère des Transports ce jeudi.

« Après avoir découvert cette mesure, le président de la République a décidé que ce n’était pas le moment d’embêter les Français », a confié un conseiller de l’exécutif cité par Le Figaro. « Avec la crise sanitaire, le passe, on leur demande déjà beaucoup. On peut être pour la sécurité sans embêter les Français dans leur quotidien, a priori sans adhésion de leur part ».

Un rendez-vous à la rentrée

Ce nouveau contrôle technique bisannuel des deux-roues avait été instauré ce mercredi par décret, à partir de 2023. Il concernait tous les deux-roues, 50 cm3 et voitures sans permis compris. Une décision qui avait provoqué la colère des fédérations de motards. Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari « a convenu avec les fédérations de se retrouver à la rentrée pour échanger largement sur les différents sujets les concernant », a précisé une porte-parole du ministère.

« Aujourd’hui, mettre un contrôle technique sous couvert de sécurité routière est une aberration puisque les études et les résultats des enquêtes des assurances montrent que le mauvais état du véhicule n’est en cause que dans 0,3% des accidents, c’est-à-dire bien moins que les infrastructures routières », a réagi Isabelle Lebret, chargée de communication de la Fédération française des motards en colère, à BFMTV.

Une directive européenne de 2014 prévoyait la mise en place à partir du 1er janvier 2022 d’un contrôle technique pour les véhicules motorisés à deux et trois roues d’une cylindrée supérieure à 125 cm3, dans le but de lutter contre les accidents et la pollution.