Le tournage sauvage d’un clip de rap dégénère à Saint-Avold : 4 policiers blessés et 6 interpellés


Illustration. (Manuel Esteban/shutterstock)

Une cinquantaine d’individus sans masque se sont rassemblés à Saint-Avold (Moselle) ce dimanche pour tourner un clip de rap. Lorsque les policiers sont arrivés, la situation a dégénéré. Quatre fonctionnaires ont été blessés et six suspects ont été interpellés.

Les jeunes venaient de différentes communes voisines, notamment de Metz et de Forbach, mais aussi de Saint-Avold. Ils sont arrivés avec de grosses berlines et se sont rassemblés en début d’après-midi sur un parking, dans le quartier de la Carrière, créant l’inquiétude des habitants qui ont fait appel aux forces de l’ordre raconte Le Républicain Lorrain.

Ce rassemblement sauvage qui n’a fait l’objet d’aucune déclaration aux autorités ou à la mairie, concernait le tournage d’un clip de rap. A l’arrivée de la police, les dizaines de participants se sont placés sur un talus, provoquant les forces de l’ordre qui ont été insultées.

Le rappeur, pour qui le clip était tourné, avait inhalé du gaz hilarant. Il a utilisé un mortier d’artifice à l’encontre de deux policiers. Ces derniers ont été blessés et souffrent d’une perte d’audition. Leur incapacité totale de travail ITT n’est pas connue mais les victimes sont toujours en arrêt de travail précise le quotidien régional.

D’autres policiers ont tenté d’interpeller un autre individu qui s’est violemment rebellé, faisant chuter lourdement au sol une policière qui a été blessée. L’homme a ensuite tenté de lui porter des coups alors qu’elle était par terre. Un autre policier a été blessé à une main et des renforts ont été nécessaires pour venir à bout de cette situation.

L’un des interpellés était sous bracelet électronique

Au total, quatre policiers ont été blessés et six suspects ont été interpellés. L’un portait un bracelet électronique suite à une condamnation pour des faits de violences. Il est bien connu de la justice et avait un poing américain sur lui.

Dans l’une des berlines, les policiers ont trouvé de la résine de cannabis ainsi qu’un drone qui servait à faire des images aériennes. En exploitant ces vidéos, les fonctionnaires ont découvert que certains des participants étaient armés. Des coups de feu ont été tirés avec un revolver qui n’a pas été retrouvé précisent nos confères.

Les six suspects ont été remis en liberté pour l’heure. Par ailleurs, un mineur qui est soupçonné d’être l’organisateur de ce tournage sauvage a été interpellé et présenté à un juge des enfants. Il a été placé sous contrôle judiciaire indique France Bleu.