Le tribunal de Tokyo a approuvé la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn


Carlos Ghosn le 2 octobre 2014. (photo Thesupermat, wikimedia)

L’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a retrouvé la liberté. Le tribunal de Tokyo a accepté sa demande de remise en liberté mais Carlos Ghosn s’est acquitté d’une caution de 500 millions de yens (4 millions d’euros).


Carlos Ghosn sort de nouveau de prison. Il avait déjà été libéré une première fois le 6 mars dernier. Mais un mois plus tard, les procureurs avaient décidé de l’arrêter de nouveau suite à de nouvelles accusations concernant cette fois le détournement à des fins personnelles de 5 millions de dollars des caisses de Nissan, via un distributeur de la marque à Oman.

Carlos Ghosn a été remis en liberté sous des conditions strictes, « assignation à résidence, interdiction de quitter le Japon et autres conditions destinées à empêcher destruction de preuves et fuite », a indiqué le tribunal de Tokyo.

L’homme est visé par trois autres inculpations, il est soupçonné d’avoir effectué des déclarations inexactes de revenus de 2010 à 2018 et d’avoir fait couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels lors de la crise économique de 2008. Des accusation toutes niées par le mis en cause.

Pour l’heure, l’ancien patron de Renault n’a aucune visibilité sur la date de son procès à venir. Il a par ailleurs réclamé l’aide du gouvernement français.