Les patients en réanimation aujourd’hui sont ceux qui n’ont «pas respecté» le confinement dit Didier Lallement


Le préfet de police Didier Lallement le 19 avril 2019. (photo Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock)

Les déclarations du préfet de police de Paris sont à l’origine d’une vive polémique. Didier Lallement a en effet estimé ce vendredi matin que les patients qui sont aujourd’hui hospitalisés en réanimation « sont ceux qui au début du confinement (…) ne l’ont pas respecté ».

« Pas besoin d’être sanctionné pour comprendre que ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, désormais aujourd’hui, ce sont ceux qui au début du confinement, ne l’ont pas respecté, c’est très simple. Il y a une corrélation très simple », a expliqué Didier Lallement ce vendredi matin au micro de BFMTV.

Le préfet de police de Paris était interrogé à proximité de la porte d’Orléans au sujet des contrôles visant à surveiller que les parisiens ne partent pas en vacances durant la période des congés de Printemps, puisque les mesures de confinement pour lutter contre le coronavirus ne l’autorisent pas.

« C’est inadmissible de dire des choses pareilles »

Les propos de Didier Lallement ont provoqué de vives réaction sur les réseaux sociaux mais également du côté du corps médical. « C’est inadmissible de dire des choses pareilles ne reposant sur aucun élément scientifique ou épidémiologique et stigmatisant pour des gens qui souffrent et sont victimes d’une maladie grave », a réagi Jean-Daniel Lelièvre, épidémiologiste à l’Institut Mondor de recherche biomédicale, au Parisien.

Frédéric Adnet, directeur médical du SAMU de Seine-Saint-Denis a lui aussi vivement réagi sur BFMTV, dénonçant des propos « scandaleux ». « C’est un véritable scandale (…) Il doit démissionner », a insisté le praticien.

6399 personnes contaminées par le Covid-19 se trouvaient dans un état grave en réanimation ce jeudi soir, en France, selon le dernier bilan officiel.

Didier Lallement « regrette les propos qu’il a tenus »

Dans un communiqué diffusé à la mi-journée, le préfet de police de Paris a indique qu’il « regrette les propos qu’il a tenus ce matin lors d’une opération de contrôles des mesures de confinement et tient à les rectifier ». « Son intention n’était pas d’établir un lien direct entre le non-respect des consignes sanitaires et la présence des malades en réanimation », peut-on lire.


« Il s’agissait de rappeler la nécessité d’une stricte application du confinement dans cette période, pour la protection de la santé de chacun ».