L’homme qui a agressé Éric Zemmour lors de son meeting mis en examen pour violences volontaires

Éric Zemmour le 24 septembre 2021 à Budapest (Hongrie). (photo Szilard Koszticsak/EPA/Newscom/MaxPPP)

L’homme âgé de 27 ans accusé d’avoir agressé Éric Zemmour lors de son meeting à Villepinte (Seine-Saint-Denis) ce dimanche a été mis en examen pour violences volontaires avec ITT supérieure à 8 jours.

Valentin M-B, l’homme qui a sauté sur Éric Zemmour et l’a agrippé au cou lors de son meeting, a été mis en examen pour violences volontaires avec ITT supérieure à 8 jours a annoncé le parquet de Bobigny ce mercredi soir. L’homme âgé de 27 ans a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Il a l’interdiction de quitter le territoire, de détenir ou porter une arme, et d’entrer en contact avec la victime.

Le suspect, qui est entrepreneur dans le secteur du tourisme et qui habite dans les Hauts-de-Seine, a agrippé Éric Zemmour brutalement alors que ce dernier se dirigeait vers la scène pour prononcer son discours, devant plusieurs milliers de personnes. L’agresseur a été rapidement maîtrisé par le service de sécurité du candidat à l’élection présidentielle. Placé en garde à vue dans les locaux de la sûreté territoriale (ST) de la Seine-Saint-Denis, il a été déféré.

L’entourage d’Éric Zemmour a annoncé ce dimanche soir, quelques heures après la fin de son meeting, qu’il s’était vu attribuer neuf jours d’incapacité totale de travail (ITT) et qu’il était blessé au niveau du poignet. Le parquet de Bobigny a néanmoins mentionné que le certificat fourni n’a pas été établi par une unité médico-judiciaire (UMJ), seule habilitée à déterminer les ITT des victimes.

Lors de sa garde à vue, Valentin M-B a déclaré qu’il n’avait « pas fait exprès » de tomber sur Éric Zemmour et qu’il avait voté pour Éric Ciotti lors de la primaire des Républicains (LR).