Limoges : Des tags avec l’identité de policiers de la BAC découverts dans un hall d’immeuble


Le quartier de la Bastide à Limoges. (Google view)

Les noms et prénoms de plusieurs policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de Limoges (Haute-Vienne) ont été découverts dans des tags insultants, dans un immeuble du quartier de la Bastide. Un syndicat de police a demandé au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin de déposer plainte.


Une découverte inquiétante qui dénote une fois de plus, une volonté de s’en prendre aux forces de l’ordre. Les policiers ont découvert des tags insultants dans le hall d’entrée d’un immeuble situé dans le quartier de la Bastide à Limoges, ce dimanche, rapporte France Bleu.

En plus des noms et prénoms des policiers, l’identité de l’une des épouses des fonctionnaires est aussi écrite. Il y a également des insultes racistes visant un policier de la BAC.

Le syndicat Alliance police nationale de la Nouvelle-Aquitaine a réagi à cette affaire. « Nous sommes dans une colère froide. C’est parce que ces policiers font de l’excellent travail que ces délinquants s’en prennent à eux », a souligné Eric Marrocq, secrétaire régional de l’organisation, à nos confrères.

Des tags similaires en 2019 et toujours pas de jugement

Ces mêmes policiers de la BAC avaient déjà été visés par des tags du même type en 2019. « On sait où vous habitez, on égorgera vos femmes et vos enfants », était-il écrit à l’époque explique le syndicat dans un communiqué. « Les auteurs ont été identifiés, interpellés. Aujourd’hui, ils ne sont toujours pas jugés », déplore l’organisation syndicale. « Seule une réponse pénale extrêmement ferme pourra dissuader les auteurs de telles menaces. »


Les fonctionnaires concernés vont de nouveau déposer plainte. Eric Marrocq a quant à lui demandé au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin d’en faire autant, alors que se déroulait ce lundi matin la seconde table ronde consacrée au Beauvau de la sécurité. Le secrétaire régional d’Alliance a également réclamé « une anonymisation des procédures », une mesure exigée de longue date par les syndicats de police.