Loir-et-Cher : Huit policiers en repos volent des panneaux de signalisation et terminent à la gendarmerie

Illustration. (shutterstock)

Des policiers du Val-de-Marne ont décidé de partir en week-end dans un village du Loir-et-Cher. Vendredi soir, ils ont décroché et volé des panneaux de signalisation sous les yeux de témoins. Le lendemain, ils ont été auditionnés par les gendarmes.

Ce qui devait être un bon moment entre amis a viré au malaise. Huit policiers du Val-de-Marne ont terminé à la gendarmerie pour être auditionnés ce samedi matin. Ils avaient décidé de passer le week-end ensemble dans un gîte situé dans le petit village de Villedieu-le-Château, près de Blois (Loir-et-Cher) raconte Le Parisien.

Âgés de 30 et 35 ans et affectés pour la plupart au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) – ou ayant travaillé sur cette commune par le passé – les huit copains se sont promenés dans les rues du village ce vendredi soir, alors que la nuit n’était pas encore tombée. Ils ont décroché deux panneaux de signalisation qu’ils ont ensuite rapporté dans le gîte.

Oui mais voilà, plusieurs habitants de ce petit village de 400 habitants ont été témoins de la scène a expliqué le maire, à nos confrères.

Le maire arrive avec les gendarmes

L’élu s’est donc présenté samedi matin devant le gîte, en compagnie des gendarmes, pour demander des comptes au groupe d’amis. « On en serait peut-être resté là s’ils avaient réagi comme il aurait fallu », soupire l’édile qui s’est refusé à déposer plainte. « On a dû attendre une demi-heure avant qu’ils ne sortent de chez eux ».

Les policiers ont été conduits dans plusieurs casernes de gendarmerie pour être entendus sur cette affaire. « On veut juste qu’ils remboursent les dégâts », a précisé le maire du village.

S’il n’y aura pas de poursuites pénales, les fonctionnaires risquent néanmoins des sanctions administratives. « On ne peut pas tolérer un comportement pareil. Je peux vous assurer qu’il y aura des sanctions », a lâché un gradé auprès du quotidien francilien. « On a tous eu 20 ans, et piquer des panneaux c’est un grand classique, non ? Mais je vous l’accorde, c’est une belle connerie », relativise un autre fonctionnaire.