Loire : Une fillette de 11 ans enlevée et agressée sexuellement, un homme mis en examen


Illustration. (Bilanol/shutterstock)

Un homme âgé de 19 ans, demandeur d’asile, a été mis en examen ce mardi à Roanne (Loire). Il est accusé d’avoir enlevé une fillette de 11 ans et de l’avoir agressé sexuellement. Ce dernier nie les faits.

Les parents d’une fillette de 11 ans ont alerté le commissariat de Roanne vers 16 heures ce dimanche. Ils ont signalé la disparition de leur enfant qui était sortie se promener vers 10 heures, dans le centre-ville raconte France Bleu. Au vu de l’âge de la fillette, qui souffre d’une déficience intellectuelle, le procureur de la République a ordonné la mise en place d’un dispositif de recherches.

Les policiers ont tenté de localiser le téléphone de la petite fille mais l’appareil était éteint. Dans le même temps, les forces de l’ordre ont fait des recherches sur les images de vidéosurveillances. C’est ainsi qu’ils ont retrouvé la trace de la fillette dans le quartier de la gare. Elle discutait avec un jeune homme d’une vingtaine d’années. Toujours accompagnée par celui-ci, elle a franchi le pont de Coteau. Mais impossible de savoir où elle est allée ensuite.

La police judiciaire a été sollicitée ainsi qu’une équipe cynophile. Les chiens ont d’abord repéré une trace. C’est finalement dans un hôtel de Coteau, commune voisine, que les policiers ont retrouvé la fillette à 01h20, après plus de trois heures de recherches. Elle se trouvait dans une chambre avec le jeune homme aperçu plus tôt sur les vidéosurveillances.

Il affirme que c’est la fillette qui lui a fait des avances

La victime était partiellement dénudée, son soutien-gorge était par terre. Elle a déclaré qu’elle avait subi des attouchements sexuels et qu’elle avait été embrassée de force. Par ailleurs, les premiers examens ont montré qu’elle n’avait pas été violée.

L’homme âgé de 19 ans, qui est un demandeur d’asile de nationalité nigériane et un ancien mineur non accompagné (MNA), a été interpellé et placé en garde à vue. Il a déclaré au cours de ses auditions que c’est la fillette qui lui avait fait des avances et que c’est elle qui aurait voulu l’embrasser explique le journal local Le Pays.

Des explications qui n’ont pas convaincu le procureur de la République qui a ouvert une information judiciaire pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans. Le mis en cause a été mis en examen des mêmes chefs d’accusation ce mardi soir et son placement en détention provisoire a été requis.