Coronavirus : L’OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine par précaution


Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesu, le 12 septembre 2019. (Alexandros Michailidis / Shutterstock)

La décision de l’OMS fait suite à une étude parue dans la revue The Lancet qui juge inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé ce lundi qu’elle suspendait les essaies cliniques avec l’hydroxychloroquine, qu’elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution, a indiqué son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse.

Une étude parue ce vendredi dans la revue The Lancet juge inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

« Je ne sais pas si ailleurs l’hydroxychloroquine tue, mais ici elle sauve des vies », a réagi le professeur français Didier Raoult dans une vidéo publiée ce lundi à la mi-journée, au sujet de cette étude qu’il a qualifiée de « foireuse ».

Le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée s’est montré très clair avec ces études où, selon lui, « la réalité est tordue d’une telle manière que ce qui est rapporté n’a plus rien à voir avec la réalité observable ». « Nous ce dont on parle, c’est juste de malades qui ont été vus par des gens de l’équipe ici », a-t-il insisté.


En outre, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé, samedi, avoir saisi le Haut Conseil de la Santé Publique, après cette publication dans la revue The Lancet, et lui avoir demandé une révision des règles dérogatoires de prescription de l’hydroxychloroquine.