Lot-et-Garonne : Munis d’une arme de poing et d’un couteau, deux ados braquent et dépouillent une femme de 74 ans


Illustration. (Shutterstock / Lucky Business)

Deux adolescents sont soupçonnés d’avoir attaqué une septuagénaire chez elle en pleine nuit, munis d’une arme de poing et d’un couteau, pour la dépouiller.

Les gendarmes de la brigade de recherches de Marmande (Lot-et-Garonne) ont interpellé deux adolescents de 17 ans qui ont finalement été mis en examen pour « extorsion avec arme, menaces de mort, vol sur personne vulnérable, destruction de bien d’autrui » et « recel de biens provenant d’un vol ». Ils ont été placés en détention provisoire le 9 juillet dernier à la maison d’arrêt d’Agen, rapporte Sud Ouest.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du 6 au 7 novembre 2019 vers 0h45. Deux individus masqués ont fait irruption au domicile d’une femme de 74 ans qui vit seule à Saint-Géraud, non loin d’Agen. Ils l’ont menacée avec une arme de poing et un couteau pour lui soutirer son code de carte bancaire. Sous le choc et effrayée, la victime a obtempéré.

Ils menacent de la tuer et de brûler sa maison

Mais loin de se calmer, les malfaiteurs ont ensuite fouillé l’habitation et lui ont volé des bijoux, de l’argent et divers objets, dont un ordinateur portable. Ils ont ensuite menacé de mort la septuagénaire et l’ont assurée qu’ils brûleraient sa maison s’il elle alertait les gendarmes.

Les agresseurs ont pris la fuite avec la voiture de la septuagénaire, dont la clé avait été récupérée sur place. A leur arrivée, ils avaient abandonné leur véhicule, volé également, après s’être embourbés avec non loin de la maison de la victime.


Alors seule et apeurée, la septuagénaire a appelé ses proches en pleine nuit. Malheureusement, ils n’ont pris connaissance de ses messages que le lendemain matin. C’est à ce moment-là, en arrivant sur place, qu’ils ont eux-mêmes alertés les gendarmes.

Les malfaiteurs trahis par leur ADN

Une enquête criminelle a été ouverte et le véhicule abandonné a été fatal au duo. L’Identification criminelle a facilement relevé leurs traces ADN dans l’habitacle. Les suspects étaient déjà défavorablement connus des services de police pour des vols et des violences volontaires. Ainsi, leur ADN se trouvait déjà dans la base du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) et a pu être relié à ces faits nouveaux.

Les deux adolescents ont été interpellés sans heurts à leurs domiciles respectifs de Marmande, le 7 juillet dernier, avant d’être placés en garde à vue. Les gendarmes ont retrouvé un masque chez l’un d’eux, lors d’une perquisition. Malgré leurs recherches, les enquêteurs n’ont pas retrouvé l’arme de poing. Les deux suspects ont nié être les auteurs de cette violente agression.

Toutefois, le faisceau important d’indices compromettants a permis leur mise en examen accompagnée de leur placement en détention provisoire, jeudi dernier.